Crayon Rouge

(0 commentaires, 62 articles)

Cet utilisateur n'a pas partagé les informations de son profil

Articles par Crayon Rouge

Réforme du lycée, réforme du bac, Parcoursup : trois réformes, trois attaques contre l’éducation nationale. Enseignants, élèves et parents d’élèves, par la lutte battons-nous pour un vrai service public d’éducation

Le gouvernement précédent avait fait fort en termes d’attaques contre le service public d’éducation (rythmes scolaires de Peillon, réforme du collège de Belkacem…). Sans surprise aucune, Macron et son ministre Blanquer continuent dans la même voie en s’attaquant désormais frontalement à l’organisation du lycée, du baccalauréat et de l’orientation. Leurs mots d’ordre ? Economies, concurrence et autonomie des établissements. Enseignants comme élèves seront touchés de plein fouet par ces réformes qui visent à faire des économies tout en portant un projet idéologique d’attaque contre le service public d’éducation. Le 12 novembre prochain un mouvement d’ampleur du monde enseignant s’annonce. Le Parti communiste français s’impliquera entièrement dans cette mobilisation pour faire monter la contestation, pour mettre en échec Macron et son ministre Blanquer, pour défendre les conditions de travail des enseignants et pour exiger un service public d’éducation qui réponde aux besoins des jeunes du pays.

Derrière les économies, un vrai projet idéologique : la concurrence de tous contre tous

La réforme prévoit, à partir de la rentrée prochaine, de transformer entièrement le lycée en supprimant les filières générales S/ES/L. A la place de cela, tous les élèves auront des cours de tronc commun et devront choisir en fin de classe de seconde des spécialités au nombre de trois en première et de deux en terminale parmi une liste de 12 spécialités définies par le ministère. Problème, aucun établissement ne sera en mesure d’ouvrir autant de spécialités. Le ministre prévoit alors que les spécialités seront ouvertes dans un « périmètre raisonnable » ce qui est porteur d’une concurrence de tous contre tous inacceptable.

Concurrence d’abord entre établissements puisque les chefs d’établissement chercheront à ouvrir les spécialités permettant d’attirer les élèves au détriment des autres établissements. La carte scolaire est depuis longtemps mise à mal, elle sera encore un peu plus sacrifiée par cette réforme qui ne fera que renforcer les inégalités entre lycées. Concurrence ensuite entre les disciplines puisqu’on demande aux enseignants de faire de la publicité pour leur matière en classe de seconde afin d’inciter les élèves à la prendre en spécialité. Les chefs d’établissement font alors planer la menace d’une perte de volume horaire et donc de potentielles suppressions de poste. Blanquer transforme le prof en VRP de sa discipline ! A mille lieues du métier d’enseignant et des intérêts des élèves qui n’ont pas besoin de publicité mais de suivi et de conseils pour leur parcours scolaire.

La réforme entérine même une attaque gravissime contre la notion d’établissement. Puisque toutes les spécialités ne seront pas ouvertes dans chaque établissement, il est prévu que les élèves puissent suivre des cours dans divers lycées. Afin de permettre la mise en place de la réforme, le ministère envisage également que les enseignants titulaires d’un poste dans un établissement puisse aller enseigner dans un autre qui serait en besoin d’heures dans sa discipline. C’est une évidente dégradation des conditions d’étude pour les élèves et de travail pour les enseignants. Le ministère rassure en disant que cela se fera dans un « périmètre raisonnable ». Nous savons que ce qui est « raisonnable » pour eux, ne l’est pas pour les travailleurs.

La réforme continue de casser le cadrage national en renforçant l’autonomie des établissements et le pouvoir des proviseurs

Les réformes présentées visent par bien des aspects à faire sauter les cadrages nationaux. C’est une nouvelle étape dans l’autonomisation des établissements et dans le renforcement des pouvoirs des proviseurs. Par exemple, la liste des spécialités ouvertes dans l’établissement est définie par le proviseur. Cela revient à lui donner le pouvoir d’ouvrir ou de fermer des postes dans telle ou telle discipline. Un pas de plus vers le recrutement local et la casse du statut. Autre exemple, la réforme prévoit d’allouer une enveloppe appelée « marge d’autonomie » de 12h par semaine en seconde et de 8h par semaine en classe de première et de terminale. Ces heures serviront à mettre en place les dédoublements, les groupes de langue ou encore l’accompagnement personnalisé. Autant d’éléments qui sont absolument indispensables, aussi bien pour les élèves que pour les enseignants. Ce sera alors au chef d’établissement de décider de ce qu’il fera de cette enveloppe, pouvant ainsi privilégier telle ou telle discipline, tel ou tel enseignant en fonction de ses préférences personnelles.

Cette réforme s’inscrit donc dans une longue suite de mesures qui visent à l’autonomisation des établissements que nous pouvons faire remonter au moins à 1985 et la création des EPLE. C’est une attaque très claire contre la notion de service public qu’il faut combattre en affirmant la nécessité d’une même éducation partout sur le territoire et pour tous les jeunes du pays. C’est aussi une réforme qui vise à renforcer le rôle du chef d’établissement comme « manager » d’une équipe enseignante ouvrant ainsi la porte à toutes les dérives que nous pouvons observer là où ces méthodes managériales ont été mises en place.

Une réforme destinée à faire des économies : 2 600 postes supprimés l’année prochaine dans le secondaire

Dernier objectif affiché de la réforme, faire des économies sur le dos de l’éducation nationale. Cela se traduit directement par un abaissement des volumes horaires pour toutes les classes. Ainsi, un élève de seconde perd, avec la réforme, 2h30 de cours par semaine. Un élève de première qui avait 30h de cours par semaine avant la réforme, n’en aura plus que 28. Difficile de justifier une amélioration du service d’éducation rendu quand on supprime des heures !

A cela s’ajoute une gestion purement comptable des choses. En supprimant les filières, le gouvernement souhaite optimiser le remplissage des classes et ainsi réduire le nombre d’enseignants. Désormais, ce sera 36 (voire parfois 37) élèves par classe de la seconde à la terminale. Dans bien des établissements, par faute de moyens, les dédoublements existants (en particulier en langues) seront supprimés. Quand on sait l’importance qu’a le nombre d’élève par classe dans l’enseignement, on sait d’avance que cette réforme mènera à une dégradation et des conditions de travail des enseignants, et des conditions d’étude des élèves.

Au total, le SNES a fait les comptes. Chaque élève perdra en moyenne entre 7 et 10% d’heures de cours par an de quoi permettre la suppression de 12 000 à 17 000 postes. Cela fait écho avec l’annonce par Blanquer, il y a quelques semaines, de la suppression de 2 600 postes dans le secondaire en 2019. Dans le même temps, ce seront 40 000 lycéens en plus que les établissements devront accueillir à la rentrée 2019 du fait de la hausse démographique. Le gouvernement répond donc à ces nouveaux besoins par la suppression de milliers de postes. Il faut bien trouver l’argent quelque part pour financer les milliards de cadeaux au patronat.

La réforme du bac met fin au diplôme national ; une nouvelle étape dans la casse des références communes

En parallèle de la réforme du lycée, le duo Macron/Blanquer lance une très grave attaque contre le baccalauréat. Il est bon de rappeler que le baccalauréat est aujourd’hui le premier diplôme du supérieur, qu’il est une référence commune et qu’il donne droit à une place dans le supérieur pour tout bachelier. Le baccalauréat, en tant que référence commune, sert aussi sur le marché du travail, non pas toujours pour trouver un travail, mais comme un des éléments constitutif des statuts d’emploi.

La réforme prévoit de faire sauter le bac que nous connaissons pour le remplacer par une véritable usine à gaz. Le slogan du gouvernement est « simplifier un examen devenu trop complexe », mais en y regardant dans le détail c’est tout l’inverse. Aujourd’hui, les élèves passent entre 12 et 13 épreuves pour la très grande majorité en fin d’année de première (épreuves anticipées) ou de terminale. Avec le nouveau bac sauce Macron/Blanquer ce sera désormais 21 épreuves réparties pendant les deux années du cycle terminal (première/terminale). Ces épreuves se dérouleront pour une grande majorité pendant l’année ce qui prendra un temps incroyable aux enseignants et aux élèves réduisant encore un peu plus le temps consacré aux enseignements disciplinaires, déjà bien amaigris par la réforme.

Plus grave encore, le baccalauréat sera désormais composé d’épreuves nationales en fin d’année mais aussi d’un « grand oral », d’épreuves communes et de contrôle continu. Au final, 40% de la note totale résultera d’épreuves sans cadrage national. Il s’agit donc de la fin programmée du baccalauréat national qui sera remplacé par un « bac maison » qui n’aura pas la même valeur selon l’établissement dans lequel l’élève sera.

Parcoursup instaure la sélection à l’université pour cacher les manques de moyen

En utilisant les échecs réels d’APB, le gouvernement a mis en place l’année dernière Parcoursup, nouvelle méthode de gestion de l’orientation post-bac qui trouve toute sa cohérence avec ces réformes du lycée et du bac. Après un an de fonctionnement, et malgré les réjouissances des ministres Blanquer/Vidal, aucun bilan chiffré sérieux n’a été fait sur ce nouveau dispositif et ne peut être fait tant l’opacité est totale. Parcoursup a été présenté comme le moyen de répondre aux manquements de la plateforme APB, ce qui est bien impossible puisque le problème central réside dans la baisse des moyens alloués aux universités en cette phase de hausse démographique. Parcoursup n’a donc fait que maquiller les chiffres en poussant de nombreux candidats à démissionner de la plateforme ou à accepter des formations dans lesquelles ils ne souhaitaient pas aller.

Plus grave encore, Parcoursup a instauré pour la première fois à l’échelle nationale, un principe de sélection à l’université, ce qui est en cohérence totale avec la réforme du bac. Désormais, le bac ne sera plus le premier grade universitaire et ne donnera plus le droit à une place dans le supérieur. Cette sélection s’appuie sur une opacité la plus totale et sur une absence de cadrage national qui a permis toutes les dérives. On a ainsi observé le cas d’universités parisiennes qui ont intégré dans les critères de sélection la distance entre le lieu d’habitation de l’élève et l’université afin de privilégier les élèves issus de l’académie de Paris au détriment des autres.

Parcoursup et la réforme du lycée font désormais porter le choix de l’orientation post-bac dès la classe de seconde. En effet, les formations supérieures sont amenées à rentrer dans la plateforme des attendus qui, à partir de la rentrée prochaine porteront sur les spécialités choisies par l’élève en fin de classe de seconde. Ainsi, un élève qui aura pris des spécialités peu demandées dans le supérieur se verra fermer de très nombreuses portes sur Parcoursup. Tout enseignant, ou tout parent d’élève, sait que pour bon nombre d’élèves de seconde, il est impossible de se projeter dans le supérieur et dans la vie professionnelle. Les familles qui auront les moyens financiers et les connaissances du système pourront bien aiguiller leurs enfants dès la seconde. Quant aux autres, ils se perdront encore un peu plus dans les méandres du système scolaire.

Réforme du lycée, réforme du baccalauréat, Parcoursup : trois réformes, trois attaques contre le service public d’éducation. Comme toute la politique du gouvernement, ces réformes portent un contenu de classe évident. Elles cassent le service public d’éducation dans le but d’économiser pour financer les mesures fiscales faites au patronat. Elles font sauter à tous les niveaux les cadrages nationaux afin de renforcer une éducation à deux vitesses : de qualité pour les enfants de la bourgeoisie, dégradée pour les autres. L’attaque contre le baccalauréat est une attaque contre les références communes et les statuts du travail. Parcoursup attaque quant à lui le droit de tous à poursuivre des études supérieures. Face à ces attaques de classe, le Parti communiste français appelle à y répondre par la seule manière qui permette de l’emporter ; la lutte. Le PCF appelle à la construction d’une large mobilisation à partir du 12 novembre prochain pour mettre en échec le gouvernement. Enseignants, élèves et parents d’élèves, tous réunis pour défendre le service public d’éducation. Non à la réforme du lycée ! Non à la réforme du baccalauréat ! Non à Parcoursup ! Oui à un service public d’éducation qui réponde aux besoins des jeunes du pays !

Le Parti communiste français appelle à une large mobilisation pour exiger :

-l’abandon des réformes du lycée et du baccalauréat.

-l’abandon de Parcoursup et la mise en place d’un dispositif transparent et démocratique d’orientation post-bac assurant à tous l’orientation de son choix.

-l’arrêt des suppressions de poste et le recrutement massif dans le primaire, secondaire et supérieur pour répondre aux besoins et réduire le nombre d’élèves par classe.

-l’augmentation des salaires et l’amélioration des conditions de travail des enseignants afin d’enrayer la crise de recrutement dans le métier.

-la fin du processus d’autonomisation des établissements et le retour à un vrai cadrage national seul élément à même de garantir un réel service public d’éducation.

Fédération PCF 02 : Aurélien Gall tente sournoisement de confisquer le pouvoir – Déclaration du bureau de section du Val d’Origny

Lors de la consultation sur les textes de congrès, dans l’Aisne, le texte « PCF : reconstruire le Parti de classe… » arrivait en tête avec près de 60% des voix. Trois sections dans le département défendaient ouvertement ce texte : Saint-Quentin, Gauchy et Val d’Origny. Elles représentent à elles seules 55% des adhérents du département. Par une basse manipulation des règles de calcul pour la représentation au congrès départemental par les « faisant office » de direction (le secrétaire et la trésorière ont démissionné courant 2017), les défenseurs de ce texte passeraient de 60% à environ 25% de délégués au congrès. Aurélien Gall, nommé « coordinateur départemental » par la direction nationale, tente avec quelques autres personnes, d’évincer les communistes, allant jusqu’à nier l’existence des sections de Gauchy et du Val d’Origny. Voir la lettre commune des 3 sections à Pierre Laurent et à Fabien Roussel ici.

Nous reproduisons ci-dessous la déclaration du bureau de section des communistes du Val d’Origny.

Nous avions rendez-vous pour la réunion des candidatures pour le congrès départementales de l’Aisne du 3 novembre au siège de la la fédération à tergnier, ce lundi 22 octobre ! Notre secrétaire de Section, Gauthier Ducos, s’est rendu sur place pour représenter la section du Va d’Origny. Aurélien Gall a annoncé dès le début de la réunion la non reconnaissance de notre section pour une délégation au prochain congrès du 3 novembre !

Notre section a été créé dans le respect des statuts du PCF ! Création en AG en 2016 avec les camarades du Val d’Origny, réunions pour recréer une activité militante régulière, création de tracts pour dénoncer la délocalisation d’une partie des salariés du site de Tereos à Origny Ste-Benoite vers le site de Moussy le vieux, réunions publiques avec le parti communiste belge, Emmanuel Dang Tran (membre du CN), des agriculteurs et des salariés subissant la fin des quotas sucriers. Nous avons versé nos cotisations dont une partie a été remise en personne à Aurélien Gall (interim secrétaire fédéral) lors d une rencontre en septembre 2017 au siège de la section de St Quentin (nous avons toujours le PV signé). La section du Val d’Origny a voté sur la consultation du texte du congrès, le PV est d’ailleurs signé par Aurélien Gall. La secrétaire ADF nous a envoyé la liste où nous sommes reconnu comme une section à part entière !

Nous demandons à la fédération de l’Aisne de justifier ce refus à des militants communistes organisés du droit d’être reconnu comme une vraie section et d’être représentés comme tels au congrès départemental. Signataires déclarés du texte alternatif n°3 (reconstruire le PCF…), arrivé majoritaire dans l’Aisne, nous n’y voyons qu’une justification politique : des obscurs calculs de place de délégation dans le but de préserver la ligne national dans le département, ligne qui mène le dernier outil politique ouvrier dans le mur !

Le bureau de section du Val d’Origny

Fédération PCF 02 : une seule voie possible : la démocratie. Ensemble, faisons-la respecter ! Lettre ouverte des sections de Saint-Quentin, Gauchy et Origny.

Congrès départemental du PCF 02 : une seule voie possible : la démocratie. Ensemble, faisons-la respecter ! Lettre ouverte des sections de Saint-Quentin, Gauchy et Origny, à la suite de leurs congrès de section du 20 octobre et de la réunion de la Commission des candidatures départementale du 22 octobre 2018. Cette lettre est adressée au Conseil national du PCF et, personnellement, à Pierre Laurent, secrétaire national et Fabien Roussel, chef de file du texte « Manifeste » au congrès.

Saint-Quentin, le 23 octobre 2018,

Camarades,

Nous sollicitons votre attention et votre intervention avant le congrès départemental du PCF de l’Aisne qui doit se tenir le 3 novembre 2018. Notre fédération du PCF connaît en effet une situation de blocage par entrave à la souveraineté des communistes. C’est particulièrement grave dans la situation nationale préoccupante du Parti qui a justifié la convocation d’un congrès extraordinaire et dans la situation de crise que traverse le PCF 02.

Dans l’Aisne, comme partout, il y a des sections du PCF qui vivent, d’autres qui vivotent, quelques-unes qui se développent. Et, depuis plusieurs années, il y a une direction départementale dont les membres se déchirent, rivée vers les combinaisons électorales, incapable de toute impulsion politique. Cette situation délétère a amené le secrétaire départemental et la trésorière à démissionner depuis le congrès de 2016. Des « faisant office » tiennent lieu de direction.

Nos sections, celles de Saint-Quentin, de Gauchy et du Val d’Origny, font partie de celles qui se développent.

Nos organisations se renforcent régulièrement, sur des années, sur la base de nos activités militantes. La section d’Origny s’est mobilisée sur la défense de la filière sucre menacée par les nouvelles directives européennes. Les camarades et la section de Gauchy agissent contre les fermetures d’école, le mal-logement dans le fil de la campagne des élections départementales de 2015. A Saint-Quentin, la section développe ses interventions dans les entreprises (papeterie, commerce, hôpitaux etc.) et dans les quartiers, notamment contre les expulsions et en lien avec notre élu.

Nos congrès de section ont été l’occasion de faire un bilan sincère de nos activités, d’envisager une meilleure mobilisation de nos adhérents, des nouveaux, dans leur diversité.

Cette année, la section de Saint-Quentin a été particulièrement active en soutien de la lutte des cheminots de la ville et du département. Ces actions pour le service public, comme celles pour l’hôpital public, appellent une coordination départementale et non des pratiques sectaires, bureaucratiques, sinon opportunistes.

Lors du vote des bases communes, les 4, 5 et 6 octobre 2018, les adhérents de nos sections ont choisi largement le texte « Reconstruire le Parti de classe – Priorité au rassemblement dans les luttes », comme d’autres camarades, plus isolés, dans les autres sections. Au total, ce texte a obtenu 59% des votes dans la fédération, dans un cadre où les effectifs cotisants, par section, dans un tableau, ont, pour une fois, été communiqués à tous, dans la transparence (texte 1 : 21%, texte 2 : 4%, texte 3 : 15%).

Cette situation semble littéralement paniquer les « faisant office » de direction. Plus éloignés que jamais des objectifs d’unité des communistes dans l’action et l’organisation, ils tentent lamentablement de contourner la souveraineté des communistes et les statuts du Parti.

Pour le congrès départemental du 3 novembre, les « faisant office » prétendent fixer le cadre des désignation des délégués des sections sur la base d’une liste de 2017, avec 2 délégués d’office par section et un par tranche de 20 cotisants (1 et 1 pour 10 en 2016). Ce tripatouillage permet d’attribuer 6 délégués pour 7 cotisants à la section unifiée de Léhaucourt-Bohain (2 sections comptées distinctes en 2017), et de réduire la représentation de nos trois sections, dont deux niées dans leur existence, à 11 délégués pour 256 (sur 459 cotisants reconnus dans la fédération).

Dans la situation de notre parti et de notre fédération, il n’est pas question pour nous de laisser faire. Il n’est pas question non plus d’accepter les diktats et l’arrogance du « faisant office » de secrétaire, Aurélien Gall. Nous rappelons gentiment à ce jeune transfuge d’EELV (fait qu’il n’a pas communiqué lui-même) que nous nous félicitons de sa conversion apparente au PCF mais que ce n’est pas une raison pour manquer de respect à des adhérents fidèles depuis 10, 20 ou 50 ans au parti révolutionnaire, pour lequel ils ont consenti bien des sacrifices qu’il n’imagine peut-être pas. Et nous restons troublés par le soutien qu’il a apporté aux législatives de juin 2017, dans la 4ème circonscription, au candidat EELV contre la candidate PCF, désignée par les communistes.

Dans notre détermination, nous appelons la direction nationale, et notamment les candidats au poste de secrétaire national du Parti, à prendre leurs responsabilités dans ce moment tendu, nationalement, de la vie du PCF. Ils doivent aider à faire prévaloir la souveraineté des communistes, les statuts et la démocratie dans le PCF 02. Nous appelons aussi les camarades des autres fédérations à intervenir et à rendre publiques, le cas échéant, les entraves éventuelles à la démocratie dans leur fédération. En ce qui nous concerne, mandatés par nos congrès de section, nous prendrons toutes les dispositions dans ce sens.

La revendication de Nelson Mandela, c’était « un homme, une voix ». Sa traduction pour les « faisant office » de direction du PCF 02, c’est « 1 communiste d’une section égale 24 communistes de Saint-Quentin, Gauchy ou Origny ». Plus c’est gros, plus ça passe ? Ou bien, comme disait Brecht : « Si le peuple vote contre la direction, il faut dissoudre le peuple ».

Les communistes de Saint-Quentin, Gauchy et Origny-Sainte-Benoîte ne sont pas solubles dans la bureaucratie et l’opportunisme, pas davantage dans le réformisme ! Mais ils sont décidés à ce que la fédération de l’Aisne du PCF, dans le rassemblement de tous les communistes, se reconstruise à partir du terrain de la lutte des classes.

Bien fraternellement,

Corinne Bécourt, Gauthier Ducos, Michèle Gabert,

Secrétaires de section, réélus démocratiquement, du PCF Saint-Quentin, du PCF du Val d’Origny, du PCF Gauchy.

Conférence de presse « Reconstruisons le parti de classe » – 38e congrès du PCF – 17 octobre 2018 – Vidéo

Conférence de presse des porteurs du texte alternatif « Reconstruisons le parti de classe, priorité au rassemblement dans les luttes » dans le cadre du 38e congrès du PCF. Paris, le 17 octobre 2018.

Flux RSS de Crayon Rouge