A la une

Avant les annonces de Macron/Situation politique – 15 avril 2019 – quelques considérations générales (Propositions de ruptures/luttes/Réféendums/Gilets J) par Emmanuel Dang Tran (1/3)

Avant les annonces de Macron/Situation politique – 15 avril 2019 – quelques considérations générales (Propositions de ruptures/luttes/Référendums/Gilets J) par Emmanuel Dang Tran (1/3)

Ce texte reprend les analyses préparées pour le Conseil national du PCF des 16 et 17 mars 2019 et actualisées. Ci-dessous la première des trois parties (Luttes en France). En quelques minutes au CN, je n’ai évidemment pas eu le temps de développer…  EDT

Le point de départ de notre discussion [au CN du PCF] devrait être ce constat : la politique structurelle de casse sociale et démocratique, aggravée par Macron, se déroule tranquillement. Le mouvement social ne l’entrave pas, voire même, avec les Gilets jaunes et le Grand débat, le pouvoir arrive à l’instrumentaliser à ses fins.

Le CICE est transformé en 20 milliards d’euros par an de nouvelles exonérations de cotisations sociales patronales. Le prélèvement à la source, prélude à la gravissime perspective, dénoncée par la CGT, de fusion de la CSG et l’impôt sur le revenu, semble passer, malgré son impact et l’impossibilité du gouvernement à le justifier. Le budget militaire explose sans véritable contestation etc.

Ces semaines même, le pouvoir fait passer la loi Blanquer contre le lycée, le bac et l’égalité d’accès à l’université, la loi Buzyn contre l’offre publique de soins, la loi « mobilités » qui prépare, entre autres, après la contre-réforme de la SNCF, le démantèlement et la privatisation de la RATP. Avancent dans les tuyaux la nouvelle casse des retraites et celle de l’assurance chômage, la nouvelle attaque contre le statut de la fonction publique. La liste est sans fin.

Parti communiste, notre objectif devrait être de remettre au centre les enjeux principaux, de développer et organiser les luttes contre les contre-réformes gouvernementales. A l’approche des élections européennes, le lien devrait être encore plus évident avec les véritables propositions de rupture avec l’UE du capital que le Parti devrait porter.

J’entends aujourd’hui combien la stratégie proposée par la direction est loin de ces priorités.

J’avais bien aimé, au dernier CN, l’expression « subvertir le grand débat national ». Mais ce n’est pas ce qui a été fait. Au contraire, vos décisions ont fait rentrer le Parti dans le jeu du gouvernement, dans la forme et dans le fond.

Avec les « cahiers de doléances », le Parti est devenu collecteur pour le « Grand débat », légitimant l’opération d’enfumage. Qui plus est, il s’est inscrit dans l’échelon municipal, voulu par le gouvernement, pour minimiser les enjeux nationaux et orienter le débat vers les élections municipales de 2020. La direction du Parti a choisi de se caler sur le calendrier annoncé par Macron, jusqu’à aller déposer ce matin-même [16 mars 2019] les doléances au premier ministre, tout heureux d’accueillir une délégation.

Sur le fond, les 10 propositions remises restent globalement au niveau superficiel cadré par le Grand débat et n’affrontent pas directement les plus graves contre-réformes en cours ou à l’ordre du jour. La proposition sur les salaires était indispensable et est bienvenue, comme celle de la revalorisation des retraites sur l’indice des salaires (et non des prix). Mais pour le reste…

Des camarades, dans le pays, avaient précédemment dénoncé l’absurdité, qui se retourne contre nos luttes (non reprise dans les 10 points), de proposer un « prélèvement à la source » sur les multinationales, à la fois techniquement inconcevable, et politiquement désastreux, car légitimant le prélèvement à la source sur les revenus des ménages.

Aujourd’hui, même s’il n’est pas que symbolique, il n’y a pas de raison de se focaliser sur l’ISF, sans pousser sur le prélèvement à la source et la CSG. De même, mesurons combien la médiatisation de l’évasion fiscale détourne l’opinion vers un niveau supranational.

Comment direction du PCF, pouvez-vous continuer à légitimer les aides, les cadeaux au patronat ? La « modulation » de l’impôt sur les sociétés, la redistribution du CICE aux PME : tout cela finit dans le profit capitaliste. Les comptes de la Sécu s’améliorent du fait des contre-réformes passées et de la « croissance » : aussitôt, par les « concessions » aux GJ, le gouvernement redistribue l’argent au patronat.

Pourquoi demander la nationalisation d’une grande banque privée et d’une seule (dans quelles conditions) ? Déjà, que proposons-nous pour la Banque postale ? Ensuite, même si cela remonte un peu, nous ne pouvons occulter que la « Gauche plurielle » a été le gouvernement qui a le plus démantelé le secteur public et semi-public financier avec une caution « communiste ». Enfin, si la proposition du Parti doit avoir une efficacité dans les luttes, elle ne peut, pour moi, que revendiquer la nationalisation de toutes les banques.

Avec le « Grand débat national », le pouvoir est parvenu à cadrer la contestation. Comme d’autres (ex : Philippe Martinez), je considère que Macron s’est montré le premier et l’un des plus habiles des « populistes ». Avec son grand débat avec le « peuple », en réalité, le pouvoir échange avec sa propre idéologie dominante. Il fait les questions et les réponses.

Je ne dirais pas, comme le texte des « 10 propositions du PCF » que le « Grand débat » est une concession de Macron aux Gilets jaunes. En érigeant les « Gilets jaunes » en porte-parole du peuple et de la contestation – les vraies-fausses concessions de Macron en décembre et la répression ont été des instruments de cette politique -, le pouvoir a choisi un « partenaire social » qui ne met pas en cause ses contre-réformes fondamentales, qui le légitime, qui renforce les oppositions politiques qui ne lui nuisent pas.

Le débat sur les « Gilets jaunes » a traversé tout le Parti. Avec, à mon avis, trois options : l’illusion, l’opportunisme et surtout la possibilité ou non de s’en saisir comme d’une opportunité.

Les dernières réunions du CN ont traduit, comme dans l’ensemble du Parti, que nous sommes globalement bien conscients de l’extrême diversité des Gilets jaunes, notamment géographique, de la pénétration, souvent, d’éléments – disons  « poujadistes » – dans ses noyaux, des limites de leurs revendications générales. L’illusion a été l’exception parmi nous.

Je ne m’étends pas sur l’opportunisme que nous devrions tous proscrire. L’électoralisme a orienté le positionnement de politiciens, même de gauche, suivant leur cible électorale (centre-ville, banlieue, zones «périphériques »).  Suivant les sondages, beaucoup ont pensé profitable de soutenir les Gilets jaunes (d’autres non, dans d’autres régions !). Maintenant que le mouvement dégénère, ils s’en détachent… Passons !

Le débat principal, justifié, entre communistes, a eu lieu sur l’opportunité ouverte par le mouvement « Gilets jaune », la possibilité, sinon de l’orienter, du moins de s’appuyer sur lui pour développer les luttes sur les revendications essentielles.

Deux éléments semblaient y inviter. Les GJ, et – c’est différent – le soutien dans l’opinion, ont indiscutablement traduit la colère sociale, dont celle du monde du travail. Le mouvement des GJ a fait rentrer quelques dizaines milliers de travailleurs, le plus souvent étrangers aux mobilisations sociales syndicales, dans une forme d’action collective. Malgré cela, j’ai été des communistes qui ont refusé de soutenir et cautionner le mouvement des Gilets jaunes, ce qui ne veut pas ne pas aller à la rencontre des individus et des groupes, sans préjugés et avec mes positions de communiste.

Les faits nous donnent de plus en plus raison, en mettant en évidence les limites fondamentales du mouvement GJ.

En dehors de la baisse des taxes sur les carburants, et peut-être du RIC, les revendications des GJ vont dans tous les sens, même au nom du « pouvoir d’achat » et restent très imprécises, comprenant un peu de meilleur et beaucoup de pire. C’est pourquoi, ils ont pu être soutenus aussi bien par Besancenot, Dupont-Aignan, Mélenchon, Le Pen ou Tapie.

La diversité et le flou des GJ rendent difficile leur identification. C’en est déjà une, par défaut. On a bien vu aussi, c’est fondamental, que ce mouvement n’attaquait pas le patronat et les exploiteurs ni dans ces formes d’action ni dans ces idées dominantes, mais cultivait souvent l’hostilité à l’organisation syndicale.

Les GJ, dans leur faiblesse d’identification, présentés comme expression du peuple, ont été investis par de nombreux groupes opportunistes. Il est difficile de reconnaître dans les insulteurs de Finkielkraut les occupants des ronds-points. En définitive, le pouvoir, son idéologie dominante et ses médias arrivent à parler au nom des GJ, via telle ou telle figure. Ils ont trouvé un interlocuteur, une « opposition » sur mesure dont ils ont renforcé le statut aussi bien par les fausses concessions sociales de décembre que par la répression.

Grâce au GJ, Macron est maître du calendrier et de l’ordre du jour du débat politique national. Il coordonne ses conclusions du « grand débat » avec la campagne des Européennes. Nous pouvons notamment nous attendre à voir la question de l’immigration et des migrants investir la place publique. Nous devons nous y préparer.

La caution aux GJ apportée tôt par la direction du Parti, avec plus de recul, par certains syndicats, n’ont pas aidé à renforcer les mobilisations sur les revendications de ruptures que nos organisations devraient porter. Elles se sont plutôt trouvées effacées dans une contestation globalement représentée par la Gilets jaunes. Mais la question n’est plus de savoir s’il est opportun que des « Gilets rouges » tendent la main aux « Gilets jaunes », mais comment les luttes contre chaque contre-réforme de Macron se renforcent.

Dès la journée de grève du 19 mars, nous allons faire le maximum pour que les mobilisations syndicales de travailleurs portent ces revendications de ruptures et de résistances aux contre-réformes structurelles du pouvoir. Et, à mon avis, ce doit être très au-delà des « 10 propositions » d’aujourd’hui.

Toujours à la remorque du débat dominant avec le GJ, une des 10 propositions réitère le soutien au « référendum d’initiative citoyenne », avec désormais un garde-fou sur le périmètre des sujets possibles (en contradiction avec le principe du RIC). Pour sa part, en réponse, Macron a agité l’idée de convoquer un référendum, après les conclusions de son « grand débat », peut-être le même jour que les Européennes. Toute cette campagne a un sens pour le pouvoir, éloigné de nos préoccupations de communistes. Elle rentre entièrement dans sa stratégie populiste et démagogique: « la vérité sortirait de la bouche du « peuple », c’est pour cela que ne le laisse pas s’exprimer directement ». Il n’y a pas mieux pour occulter la lutte des classes !

Quand on évoque un référendum, on ne peut pas ne pas penser à la victoire du NON au traité européen en 2005 et à comment le vote populaire (en l’occurrence de classe) a été bafoué. Il est plus que regrettable que la proposition n°10, concernant l’Europe, ne pose toujours le refus de l’application en France des traités, directives et règlements européens. A quoi bon agiter l’idée RIC alors ? Macron a bien intégré cette dimension. Explicitement, il répond que son élection en 2017 a réglé la question en faisant élire le président du Oui à l’UE contre Le Pen. Et s’il faut le refaire, les élections européennes sont là devant nous avec un bulletin OUI-en Marche et un bulletin NON-Rassemblement national. Le calcul est habile.

Macron peut-il aller jusqu’à organiser un référendum le 26 mai et sortir renforcé par un Oui majoritaire ? Sur quel sujet ? A priori, c’est impossible pour un président soutenu seulement par les  20 à 25% qui pensent qu’ils n’ont pas intérêt au changement. Mais, en réfléchissant bien, il y a peut-être un sujet imparable. Rassurez-vous, je ne suis pas conseiller de l’Elysée !

Et si Macron convoquait un référendum sur la priorité à la lutte contre le réchauffement climatique ?

Suite dans le post suivant

Déclaration du PADS sur l’élection présidentielle du 18 avril prochain: Travailleurs, paysans pauvres, jeunesse populaire amplifions les luttes non pour remplacer Hadj Moussa par Moussa Hadj mais pour l’avènement d’un régime défendant vos intérêts et vos aspirations socio-politiques


PADS, Algérie, Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme, Parti des communistes d’Algérie

 

 

L’élection présidentielle du 18 avril prochain suscite une grande effervescence politique.

L’annonce de la candidature du président Bouteflika, à la tête de l’Etat depuis 20 ans, à un nouveau mandat de cinq ans, a provoqué la colère légitime de larges secteurs de la population. Des manifestations populaires se déroulent presque quotidiennement en de nombreux points du pays contre ce qui est vécu comme une offense à la dignité nationale. Elles s’étendent chaque jour un peu plus. Depuis son AVC en 2013, Bouteflika est incapable de s’exprimer ou de se mouvoir. Il n’apparaît que rarement en public, poussé malgré lui sur une chaise roulante lors des cérémonies nationales auxquelles il ne peut être soustrait. Pour tous, à l’exception de ceux qui tiennent entre leurs mains les leviers de décision étatiques et le robinet des revenus pétroliers pour piller les richesses du pays, Bouteflika n’est plus qu’un mort-vivant.

 

Le pays est en fait dirigé depuis plus de cinq ans par un « cabinet noir » échappant à tout contrôle, si tant est qu’un contrôle soit possible sur les appareils exécutifs de l’Etat. Le parlement est formé de béni-oui-oui, « élus » grâce à la fraude dans un contexte de verrouillage politique sous une démocratie de façade à laquelle les citoyens répondent lors des élections par un fort taux d’abstention. Il n’a aucune capacité, ni volonté, ni légitimité pour demander des comptes au gouvernement. Il n’est qu’une machine à voter pour légaliser les décisions anti-démocratiques et anti-populaires au profit d’une bourgeoisie rapace, impatiente d’achever sa mainmise totale sur les richesses du pays et cherchant à pressurer à mort la classe ouvrière pour en tirer le maximum de profits.

 

 

PUBLICITÉ

La décision du pouvoir de représenter au scrutin électoral un homme aussi diminué, au risque de ridiculiser le pays, est en réalité la résultante de luttes internes à couteaux tirés et de pressions extérieures engendrant le statu-quo institutionnel. Ce pouvoir est celui de dizaines de potentats et d’oligarques enrichis par la libéralisation en grand amorcée avant l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, et poursuivie par lui avec constance pour assouvir la course à la richesse de la bourgeoisie dans une situation qui avait vu l’explosion des recettes pétrolières au seul bénéfice des secteurs parasitaires, plongeant par là même la jeunesse dans le désespoir. Ces potentats étroitement liés aux appareils d’Etat devenus leur propriété privée n’ont pu s’entendre entre eux pour désigner un homme en pleine possession de ses capacités physiques et intellectuelles pour perpétuer leur règne. Ils refusent de se laisser déclasser en cédant la place à d’autres franges de la bourgeoisie et des classes privilégiées qui ont elles aussi prospéré ces 20 dernières années mais sont tenues à l’écart des centres secrets ou officiels de décision. Celui qui gravite autour de ces centres est assuré de s’enrichir rapidement grâce au pillage des ressources du pays, à la fraude et aux cadeaux fiscaux, aux trafics en tous genres. La chute des revenus pétroliers depuis 2015, la fonte des réserves de change tombées de plus de 200 à moins de 80 milliards de dollars fin 2018 a exacerbé la lutte de tous contre tous pour garder la part du lion. Ces frictions qui minent le pouvoir ne le mettent pas seulement en conflit avec les autres catégories de la bourgeoisie. Il subit  aussi les pressions du capital étranger mécontent, malgré les divers cadeaux reçus du pouvoir et les très bonnes affaires qu’il fait en Algérie, des lenteurs du régime à libéraliser encore plus l’économie pour satisfaire sa soif inextinguible de profits. Il est mécontent de la peur de ce régime à rayer toutes les lois sociales qui assurent encore un minimum de protection aux travailleurs.

Les parties en conflit, clans bourgeois au pouvoir, opposants bourgeois à ce pouvoir maintenus en dehors des sphères de décision, puissances impérialistes, France, USA et autres, ne remettent nullement en cause la nature capitaliste prédatrice et dépendante de leur régime économique et social envers l’impérialisme. En lutte les uns contre les autres, les clans du régime ainsi que leurs opposants bourgeois, sont tous d’accord pour ravaler la façade politique du système économique qui leur permet à tous de ramasser des montagnes d’argent. Leur angoisse commune est comment surveiller les masses populaires, les fourvoyer dans de fausses solutions, leur faire croire que d’avantage de libéralisme leur apportera la prospérité. Leur préoccupation est d’éviter un soulèvement populaire général qui leur ferait perdre à tous les fruits pourris de leurs rapines et de l’exploitation forcenée des travailleurs qui ont mené à la constitution d’une classe économiquement puissante. Cette classe d’exploiteurs et de parasites n’hésitera pas à se débarrasser de Bouteflika si son maintien à la tête de l’Etat devient, face à la colère populaire, un danger pour la préservation de ses intérêts collectifs de classe exploiteuse. Les partis d’opposition ou les personnalités politiques très médiatisées qui n’ont que le mot « réformes » à la bouche agissent dans ce but.

 

Le conflit fondamental, estompé par l’absurdité du 5 ème mandat de Bouteflika, est en réalité celui qui oppose les travailleurs et toutes les couches sociales populaires à la bourgeoisie dans son ensemble, ainsi qu’à l’impérialisme auquel elle est alliée.

Cette classe exploiteuse, anti-populaire, antinationale est déterminée à défendre ses « acquis » et à les agrandir en mettant la main par tous les moyens, y compris par les provocations, les manipulations et la violence la plus extrême, si les procédés basés sur la ruse et la tromperie s’avèrent insuffisants, sur toute source d’enrichissement échappant encore à sa soif d’accumulation d’argent et de domination. Les gisements de pétrole et de gaz, la Sonelgaz, l’eau, les télécommunications, le transport aérien, les banques, etc., sont la prochaine proie de ses manoeuvres.  Elle exige la suppression de tout contrôle sur les mouvements de l’argent vers l’extérieur qui gêne la mise à l’abri à l’étranger du produit de ses prédations. Tel est le contenu véritable et caché des « réformes » réclamées. Elle s’entend avec les Etats impérialistes sur cette question. Les querelles qui éclatent entre elle et ces Etats ne portent que sur la part du butin qui doit être empochée par l’un ou par l’autre. La réthorique pseudo patriotique sur la protection des intérêts de la nation n’est que phrases pour tromper les citoyens.

 

La chute des recettes pétrolières est utilisée à fond pour justifier l’offensive générale contre les conquêtes sociales des travailleurs. La diminution de la part des revenus pétroliers volés au peuple par ces classes les pousse à trouver le moyen de faire peser les effets de la crise financière sur les épaules des travailleurs.

 

Le plan est prêt. Non seulement toutes les lois anti-ouvrières telles que les lois anti-grève de 1990 seront maintenues, mais elles seront complétées par d’autres avec la révision du code du travail et de la loi sur les retraites. Des mesures aggravant la paupérisation et les inégalités sociales scandaleuses sont déjà arrêtées dans leur principe, avec une révision des tarifs de l’électricité et du gaz  – de façon à  préparer en même temps le terrain à une privatisation super rentable de Sonelgaz – la suppression de la subvention des produits de première nécessité. Le système fiscal actuel qui conduit au fait que les travailleurs payent plus d’impôts que les non-salariés, sera revu dans un sens encore plus avantageux à ces derniers même si les responsables prétendent le contraire. En vue de s’assurer le soutien des Etats impérialistes à la bourgeoisie interne contre son propre peuple, le gouvernement a confié à des bureaux d’études américains la révision de la loi sur les hydrocarbures. Il est officiellement question de réduire la fiscalité sur les profits des compagnies pétrolières. C’est une façon pour le gouvernement de signifier aux USA sa « volonté sincère et transparente» d’aller sous leur contrôle vers la promulgation de nouvelles lois qui satisferont leur soif de super profits.

 

Ces projets sont soutenus par tous les clans de la bourgeoisie y compris par ceux d’entre eux qui se prétendent opposés au régime de Bouteflika. Une horde de pseudo experts fanatiques du libéralisme écrit des montagnes d’articles dans les journaux et s’exprime dans les télés pour préparer le peuple et les travailleurs à se résigner. RCD, Mouwatana, Benbitour, Benflis, l’islamiste Makri, le général à la retraite Guediri, et la liste est longue, ne se distinguent du pouvoir que par la surenchère dans le rythme de la nouvelle offensive de libéralisation, surenchère accompagnée de précautions de langage. En vérité ils veulent aller vite pour pétrifier le puissant mouvement social en gestation dont l’explosion ne tardera pas avec l’épuisement des réserves de change. L’émergence inéluctable d’une classe ouvrière organisée et combative leur fait peur. Elle les empêche de dormir d’un sommeil tranquille.

 

Toutes ces classes sociales exploiteuses et les couches parasitaires s’efforcent de trouver une solution à la crise politique soit en renforçant les pouvoirs du « cabinet noir » derrière le portrait de Bouteflika, soit en lui cherchant un successeur plus crédible, politiquement « vierge ». Mais toutes se sont assuré le soutien des Etats impérialistes.

Le texte de la déclaration de candidature signée Bouteflika est clair. Après les élections le pouvoir convoquera une « conférence inclusive » dont le véritable objet est de conclure un consensus entre tous les clans de la bourgeoisie pour lancer dans une unité sans faille la guerre sociale contre les travailleurs dans le cadre d’un nouvel arrangement avec les multinationales et leurs Etats impérialistes interventionnistes.

Le gouvernement a multiplié les clins d’oeil vers ces Etats. L’armée algérienne vient d’être associée à des exercices militaires au Burkina Fasso et en Mauritanie sous le drapeau de l’Africom. Le gouvernement n’exprime aucune solidarité au Venezuela. Bouteflika vient de féliciter les bandes de fantoches qui dirigent la Libye à l’occasion de l’anniversaire du renversement de Keddafi. Les partis dits d’opposition de la bourgeoisie approuvent tacitement ou se gardent de dire ouvertement ce qu’ils en pensent pour éviter de heurter les sentiments des masses populaires et de révéler prématurément leur véritables intentions. Ni le pouvoir, ni ces partis, ni les candidats outrancièrement médiatisés à cette élection, ne protestent contre l’encerclement de l’Algérie par les bases militaires françaises et américaines.

 

Le verrouillage de la vie politique opéré depuis 30 ans et renforcé à l’extrême par Bouteflika sous prétexte de lutte contre le terrorisme obscurantiste ou de défense de la stabilité du pays a étouffé la voix des forces représentatives des aspirations de la classe ouvrière, de la paysannerie pauvre, des couches sociales qui vivent de leur travail manuel ou intellectuel. L’idéologie réactionnaire véhiculée par les TV et la presse est dominante.

 

Le problème n’est pas le 5ème mandat de Bouteflika ni le premier mandat de Benflis, du général à la retraite Guediri ou de « flen ou feltane ». Les problème est celui du contenu de classe des programmes et orientations des candidats médiatisés.

 

Les communistes ont dès 1999 averti les masses populaires qu’elles n’avaient rien à attendre de Bouteflika. A chaque élection, ils ont toujours appelé à ne donner leurs voix ni à celui que des généraux favorables au capitalisme ont tiré de l’exil ni à sa fausse opposition.

 

Tout naturellement ils ne sont en 2019 ni pour le 5ème mandat de Bouteflika, ni pour le premier mandat de l’un quelconque de ses opposants qui poursuivra la même politique au profit des classes possédantes et exploiteuses, tout en prenant soin de camoufler ses objectif réels de classe sous les tirs dirigés contre Bouteflika ou contre un homme aussi discrédité qu’Ouyahia .

 

Les communistes appellent les travailleurs, les fellah pauvres, la jeunesse populaire, les intellectuels proches des aspirations populaires, les couches sociales qui vivent de leur travail, à se battre, à s’unir, à s’organiser, à accumuler des forces pour mettre fin à un régime aussi honni, à ne pas se laisser berner par de nouveaux loups déguisés en amis du peuple. La solution ne viendra pas d’un sauveur providentiel mais de leur capacité à agir massivement de façon organisée, en participant à l’édification d’un parti révolutionnaire, avec des objectifs politiques, économiques et sociaux de classe clairs. Ils les appellent en  un mot à amplifier la lutte avec abnégation et continuité maintenant, avant et après le 18 avril pour un gouvernement révolutionnaire démocratique populaire émanant d’eux et exprimant leurs aspirations, un gouvernement pour sauver les masses populaires et le pays de la catastrophe économique imminente et des ingérences impérialistes. Tel doit être le mot d’ordre dans les réflexions et les débats à mener au sein des masses, dans le feu de l’action et les luttes démocratiques.

 

Ce gouvernement doit pour commencer prendre des mesures pour arrêter le gaspillage et l’hémorragie des réserves de change en contrôlant le commerce extérieur pour mettre fin à l’importation des biens superflus qui vident nos réserves de change, en mettant sur pieds des offices chargés de l’importation des produits de consommation de base et des biens stratégiques et en frappant les fraudeurs, en relançant le secteur public productif, en révisant la fiscalité de manière à faire payer les riches, en soutenant les travailleurs dans leurs luttes contre leurs exploiteurs, en appliquant les décisions de justice portant réintégration des travailleurs licenciés, en introduisant comme première mesure le contrôle par les travailleurs de la gestion des entreprises publiques et privées, en défendant leur pouvoir d’achat, leur droit à la santé, en arrêtant le bradage des fermes pilotes d’Etat, en récupérant toutes les terres cédées aux capitalistes pour les redistribuer en faveur des paysans sans terre, des travailleurs agricoles et des jeunes, en confisquant les biens volés, en renforçant les capacités militaires de défense du pays et en s’appuyant sur la mobilisation consciente de la jeunesse patriotique contre les préparatifs impérialistes, etc.

Ce gouvernement devra abroger toutes les lois qui empêchent les travailleurs de s’organiser pour défendre leurs intérêts et leurs aspirations politiques et sociales. Il aura pour fonction de défendre les intérêts des travailleurs et des masses populaires, de mettre en échec la résistance et les manœuvres des oligarques, de la bourgeoisie et de leurs soutiens impérialistes, d’appuyer la formation de nouvelles institutions surgies de l’intervention des masses populaires.

 

C’est autour et  partir de telles lignes de programme de luttes immédiates, dans une perspective socialiste, dans les luttes à la base avec les travailleurs, qu’il faut démasquer les protagonistes menteurs et démagogues de la campagne électorale en cours.

 

La décision de participer sous une forme ou sous une autre à cette lutte électorale, ou de la boycotter dépendra de l’évolution du rapport des forces découlant de la combativité des masses d’ici le 18 avril.

 

Les communistes soutiennent toutes les luttes contre l’étouffement de la liberté d’expression et de manifestation. Ils encouragent les protestations et les actions contre la fraude, tout en appelant les travailleurs et les jeunes à éviter les pièges de leurs ennemis, tout en oeuvrant à démasquer devant les masses les politiciens de la bourgeoisie anciens ou « neufs » mis en avant pour sauver le régime économique et social bourgeois existant.

 

En tant que communistes, imprégnés des enseignements de Lénine et de l’expérience des luttes animées par le parti bolchévique et couronnées par la Révolution d’Octobre 1917, il est clair pour nous que les luttes électorales ne sont qu’une forme de luttes à combiner avec toutes les autres. La prise du pouvoir par la classe ouvrière et ses alliés ne résultera pas des luttes électorales, mais ces luttes sont indispensables dans les phases pré-révolutionnaires ou les périodes de reflux, car elles contribuent à éduquer l’avant-grade prolétarienne dans le maniement de toutes les armes de la lutte de classe. C’est à travers toutes ses formes de lutte, dont principalement les grèves politiques générales que se forgera le parti révolutionnaire de masse apte à conduire les travailleurs à la victoire, à l’avènement d’un pouvoir de la classe ouvrière et de ses alliés pour la révolution socialiste.

 

Il ne s’agit pas simplement de changer d’hommes à la tête du pays, de remplacer Hadj Moussa par Moussa Hadj ou par Chab Moussa mais de renverser un ordre bourgeois qui a dilapidé les ressources du pays et le fruit du travail des producteurs, de le remplacer par un régime socialiste dirigé par la classe ouvrière et ses alliés, la paysannerie pauvre, les couches sociales populaires, un régime fondé sur la propriété sociale des moyens de production et la planification.

 

PARTI ALGÉRIEN POUR LA DÉMOCRATIE ET LE SOCIALISME

 

26 février 2019

UNE RUE LILIANE BETTENCOURT A GAUCHY DANS L’AISNE ? NON MERCI (Tract/pétition de la section PCF de Gauchy 02)

MARDI 2 OCTOBRE 19h. Paris, 61 rue VIOLET/ 38e congrès du PCF – Présentation du texte : « RECONSTRUIRE LE PARTI DE CLASSE – PRIORITÉ AU RASSEMBLEMENT DANS LES LUTTES »

Mardi 2 Octobre 2018 à partir de 19h00

Au Patronage Laïque, 61 rue Violet, 75015 Paris

(métro Commerce – Emile Zola – Dupleix)

Nous sommes des militants d’organisation du PCF. Notre texte est à la fois une motion de censure et un appel à reconstruire le Parti. Nous t’invitons à une réunion de présentation et de débats sur notre texte, que tu sois signataire du texte ou que notre démarche t’intéresse. Nous pourrons aussi aborder la protection sociale, un véritable enjeu de classe aujourd’hui. Notre parti vient de franchir un nouveau palier d’effacement. Les législatives de 2017 (1,23% des inscrits) ont débouché sur le plus mauvais résultat de notre histoire. Pour nous, cette nouvelle sanction ne résulte pas d’erreurs tactiques ou de « l’ingratitude de Mélenchon ». C’est la sanction logique du choix d’abandon de l’organisation et des positions communistes. Les quelques députés « gagnés », au prix de négociations humiliantes, ne justifient rien. Aucune remise en cause de nos stratégies n’a été faite, et aucun texte de congrès en dehors du notre ne propose d’analyse. Ce congrès n’a rien d’extraordinaire. Il a été avancé afin d’éviter les débats sur l’UE et les élections européennes. Le CN a d’ailleurs tracé la ligne politique avant le congrès lui-même, désigné un candidat sans appel à candidature. Alors que nous aurions pu recevoir les textes par la Poste durant l’été, la direction nationale a choisi de laisser les fédérations et les sections se débrouiller pour faire parvenir comme elles le peuvent les 100 pages du document de congrès aux communistes. Nombres d’entre eux ne les ont pas encore. Des groupes dirigeants se divisent sur plusieurs textes pour ce congrès. La lecture de ces différents textes montre si peu de différences que la conclusion s’impose : c’est une « lutte des places », un changement superficiel de tête. Tous reprennent en chœur les positions réformistes : « visée communiste », « dépassement du capitalisme », « réorientation des aides au patronat, des institutions de l’UE ». La crise de l’UE a franchi un nouveau stade. L’euro va jusqu’au bout de sa logique de concurrence de tous contre tous au profit des capitalistes et des plus puissants. La gestion du Brexit ou l’avènement au pouvoir d’un gouvernement populiste-nationaliste en Italie soulignent la nécessité d’apporter au rejet de classe de l’UE des propositions de rupture de classe. Notre lutte internationaliste contre la politique de l’UE, ses directives et l’euro est à l’opposé de l’illusion propagée d’une réorientation de l’UE du capital et de ses institutions. Nous ne suivrons pas Macron sur l’illusion d’une « souveraineté européenne ». Pour nous, le Parlement européen est un alibi démocratique. Communistes, nous ne pouvons l’utiliser que comme une tribune. Quand la direction nationale lançait un appel illusoire et hors-sujet pour que la BCE aide la SNCF (sic!) ou évoquait des « dérogations » aux directives, nous avons lancé une pétition nationale exigeant le maintien du monopole public. Faire converger les luttes, ce n’est pas les juxtaposer, encore moins les récupérer politiquement (pour renvoyer la solution à 2022), c’est construire les mobilisations à partir des concordances objectives d’intérêt. Notre texte vise à propager une démarche totalement différente, la seule qui ait un avenir avec une perspective nationale, de reconstruction du Parti de classe en partant de ses organisations locales qui se battent toujours. Les positions communistes sont essentielles pour construire les convergences de luttes. Nous débattrons des campagnes politiques essentielles pour alimenter la lutte des classes aujourd’hui et de se présenter à des élections dans des conditions bien plus positives qu’aujourd’hui.