A la une

MARDI 2 OCTOBRE 19h. Paris, 61 rue VIOLET/ 38e congrès du PCF – Présentation du texte : « RECONSTRUIRE LE PARTI DE CLASSE – PRIORITÉ AU RASSEMBLEMENT DANS LES LUTTES »

Mardi 2 Octobre 2018 à partir de 19h00

Au Patronage Laïque, 61 rue Violet, 75015 Paris

(métro Commerce – Emile Zola – Dupleix)

Nous sommes des militants d’organisation du PCF. Notre texte est à la fois une motion de censure et un appel à reconstruire le Parti. Nous t’invitons à une réunion de présentation et de débats sur notre texte, que tu sois signataire du texte ou que notre démarche t’intéresse. Nous pourrons aussi aborder la protection sociale, un véritable enjeu de classe aujourd’hui. Notre parti vient de franchir un nouveau palier d’effacement. Les législatives de 2017 (1,23% des inscrits) ont débouché sur le plus mauvais résultat de notre histoire. Pour nous, cette nouvelle sanction ne résulte pas d’erreurs tactiques ou de « l’ingratitude de Mélenchon ». C’est la sanction logique du choix d’abandon de l’organisation et des positions communistes. Les quelques députés « gagnés », au prix de négociations humiliantes, ne justifient rien. Aucune remise en cause de nos stratégies n’a été faite, et aucun texte de congrès en dehors du notre ne propose d’analyse. Ce congrès n’a rien d’extraordinaire. Il a été avancé afin d’éviter les débats sur l’UE et les élections européennes. Le CN a d’ailleurs tracé la ligne politique avant le congrès lui-même, désigné un candidat sans appel à candidature. Alors que nous aurions pu recevoir les textes par la Poste durant l’été, la direction nationale a choisi de laisser les fédérations et les sections se débrouiller pour faire parvenir comme elles le peuvent les 100 pages du document de congrès aux communistes. Nombres d’entre eux ne les ont pas encore. Des groupes dirigeants se divisent sur plusieurs textes pour ce congrès. La lecture de ces différents textes montre si peu de différences que la conclusion s’impose : c’est une « lutte des places », un changement superficiel de tête. Tous reprennent en chœur les positions réformistes : « visée communiste », « dépassement du capitalisme », « réorientation des aides au patronat, des institutions de l’UE ». La crise de l’UE a franchi un nouveau stade. L’euro va jusqu’au bout de sa logique de concurrence de tous contre tous au profit des capitalistes et des plus puissants. La gestion du Brexit ou l’avènement au pouvoir d’un gouvernement populiste-nationaliste en Italie soulignent la nécessité d’apporter au rejet de classe de l’UE des propositions de rupture de classe. Notre lutte internationaliste contre la politique de l’UE, ses directives et l’euro est à l’opposé de l’illusion propagée d’une réorientation de l’UE du capital et de ses institutions. Nous ne suivrons pas Macron sur l’illusion d’une « souveraineté européenne ». Pour nous, le Parlement européen est un alibi démocratique. Communistes, nous ne pouvons l’utiliser que comme une tribune. Quand la direction nationale lançait un appel illusoire et hors-sujet pour que la BCE aide la SNCF (sic!) ou évoquait des « dérogations » aux directives, nous avons lancé une pétition nationale exigeant le maintien du monopole public. Faire converger les luttes, ce n’est pas les juxtaposer, encore moins les récupérer politiquement (pour renvoyer la solution à 2022), c’est construire les mobilisations à partir des concordances objectives d’intérêt. Notre texte vise à propager une démarche totalement différente, la seule qui ait un avenir avec une perspective nationale, de reconstruction du Parti de classe en partant de ses organisations locales qui se battent toujours. Les positions communistes sont essentielles pour construire les convergences de luttes. Nous débattrons des campagnes politiques essentielles pour alimenter la lutte des classes aujourd’hui et de se présenter à des élections dans des conditions bien plus positives qu’aujourd’hui.

38ème congrès du PCF. Nous n’avons aucune raison de rallier le texte Chassaigne/économistes+ «identitaires». La rupture que nous voulons ne passe pas par une révolution de palais et la lutte des places. SOUTENEZ LA DEMARCHE DE « RECONSTRUCTION DU PARTI DE CLASSE » !

Déclaration des initiateurs de la démarche et du texte alternatif « PCF : reconstruire le Parti de classe. Priorité au rassemblement dans les luttes », 1er juillet 2018 

Plusieurs d’entre nous ont été sollicités par des membres de la direction du Parti et par des initiateurs d’un texte alternatif au 37ème (« Unir les communistes ») pour rallier, pour le 38ème congrès, un texte alternatif porté par différents groupes de dirigeants du Parti.

Pour nous, ce n’est pas concevable. Notre démarche de reconstruction du parti de classe, après 25 ans de mutation-liquidation du PCF, est à l’opposé de la leur.

Nous donnons la priorité au rassemblement à partir des luttes. On nous propose de déjeuner dans une auberge espagnole tenue par une équipe de cuisine hétéroclite, allant de partisans de la « mutation » lancée par Robert Hue (ceux que la presse appelaient les « huïstes »), à des « identitaires », en passant par la section économique de la direction.

Nous voulons afficher, vers le monde du travail en particulier, la volonté de rupture avec la ligne de reniement de la raison d’être du PCF. Nous voulons montrer que le PCF ne se réduit pas aux groupes dirigeants qui l’ont mise en œuvre depuis 25 ans. On nous propose maintenant de faire une fusion « tactique » avec plusieurs d’entre eux ! Ce n’est pas imaginable. Le texte proposé reprend les notions fumeuses et trompeuses de « visée communiste » et de « dépassement du capitalisme » qui ont servi à abandonner les positions de rupture et l’objectif de la rupture socialiste. Il porte, tout comme celui du CN, les positions de la section éco qui, depuis les « nouveaux critères de gestion », en passant par les « pôles publics », les aides aux patrons vertueux, jusqu’à maintenant l’illusion de la subversion des banquiers de la BCE (!), ont couvert les méfaits de la « gauche plurielle » et les abandons de position de résistance du Parti, notamment pour les monopoles publics et contre l’UE. Nous sommes plus que jamais en désaccord avec ces positions néfastes. Nous respectons ceux qui les assument mais il n’est pas question pour nous de servir de caution et de rabatteurs « identitaires » pour la démarche qu’ils portent. Ce serait de l’hypocrisie.

Nous voulons engager, poursuivre, à partir des sections, la reconstruction du Parti de classe, avec, sans ou malgré les dirigeants nationaux. On nous propose une démarche politicienne, attrape-tout, électoraliste en interne du PCF pour le vote d’octobre sur les textes de congrès. La perspective qui ressort du texte Chassaigne+économistes+identitaires  [désigné Chassaigne+ ou "attrape-tout" par la suite] est clairement l’éviction de Pierre Laurent. Parallèlement, de « jeunes » dirigeants, « trentenaires », ont fait publier, dans la presse bourgeoise, leur disponibilité à la satisfaction de leur ambition, en remplacement de l’équipe Laurent (février). « Révolutionner le parti » par la lutte des places, c’est finir de tourner en rond et de s’enfoncer !

Il serait totalement injuste, du côté des initiateurs du texte, de faire porter aujourd’hui au seul Pierre Laurent les conséquences des choix politiques de tout l’appareil, et de le démettre, comme ça, comme hier Hue fut évincé au profit de Marie-George Buffet.

Le processus d’abandon de la raison d’être du PCF, du marxisme et du léninisme, après la chute de l’URSS, suivant des exemples comme celui du PC italien, ont amené un appareil à rechercher sa préservation, pour lui-même, dans un nouveau contexte de la lutte des classes mondiale et nationale, au prix du bradage de notre patrimoine politique. La transformation en parti institutionnel, en parti d’élus dans la démocratie bourgeoise, s’est aggravée au point de devenir caricaturale. En 2017, le PCF gagne des députés en réalisant le plus mauvais résultat de son histoire, frôlant l’insignifiance (1,23% des inscrit, 0,8% sans les candidats soutenues par la FI ou le PS). De la même façon, le choix de la soumission au social-libéralisme de Delanoë-Hidalgo, en 2014, a rapporté des sièges à Paris, hors de proportion avec l’influence modeste de ses élus. Il en est résulté un discrédit politique national pour le PCF, qui a profité à Mélenchon.

Pierre Laurent a pris sur lui en 2017, certes lamentablement, notamment au niveau communication, le pari spéculatif du meilleur candidat social-démocrate à qui se rallier (Mélenchon plutôt que Montebourg ou Hamon) puis des négociations jusqu’à l’humiliation publique avec la FI et le PS pour aboutir à conserver et même gagner des députés. C’est peu honorable. Mais toute la direction est liée à ces positionnements tactiques, résultant du fond de la ligne d’abandon politique.

A la veille d’un congrès, demander un bilan, c’est la moindre des choses. La proposition de base commune du Conseil national le fait, n’hésitant pas à user de mots durs sur Mélenchon. Le texte Chassaigne+ en rajoute un peu, à coup de « y a qu’à, faut qu’on » évasifs. Mais tout cela, avec un peu d’autocritique, ne coûte pas cher. Il s’agit de se dédouaner pour poursuivre, après coup, les mêmes orientations. Pour paraphraser Jean Ferrat (« Le Bilan »), « une erreur c’est facile, comme 1 et 2 font 4,  pour barrer d’un seul trait des années » d’orientations liquidatrices… Dire que, quand nous informions, dès 2008, sur les positionnements de Mélenchon (ex : son vote pour Maastricht en 1992) ou en 2013/2015 sur ceux de Tsipras, les mêmes nous traitaient de calomniateurs…

Le texte du CN, comme celui Chassaigne+ font une priorité des places d’élus et des élections, là où nous pensons qu’elles doivent être subordonnées à la présence du Parti dans les luttes. De la même façon, les deux textes des groupes dirigeants posent le principe d’une candidature communiste aux présidentielles de 2022. C’est aussi gratuit que trompeur : il y aura un autre congrès entre temps. Nous rappelons que la position Chassaigne+, fin 2016, était de présenter une candidature virtuelle, provisoire, avant l’issue de la primaire du PS… Il faut se souvenir aussi de l’engagement de certains secrétaires fédéraux dans le projet aberrant de « primaires de la gauche », début 2016, dont Mélenchon a tiré profit.

Aujourd’hui, les deux groupes de dirigeants – texte du CN et texte Chassaigne+ – s’entendent exactement sur la plus grande entourloupe de ce 38ème congrès, tout sauf « extraordinaire », calculé pour court-circuiter les communistes.

Les décisions structurelles de fond, recomposition politique de la social-démocratie, acceptation de l’UE avec le PGE, sont prises en parallèle du congrès, en doublant l’expression des communistes. Souvenons-nous qu’en 2008, la direction avait procédé de la même façon en imposant le « Front de gauche » avec Mélenchon, après le vote des textes du 34ème congrès. Cette année, le congrès n’a « d’extraordinaire » que son avancement de 6 mois, pour laisser pleine latitude aux arrangements politiciens sur les listes aux européennes, empêcher les communistes de s’exprimer au moment décisif. De façon inacceptable et anti-statutaire, la ligne politique pour ces élections a déjà été fixée au CN de mars 2018 et le candidat  « chef de file/tête de liste virtuelle » a déjà été désigné à celui de juin. Il s’agit de Ian Brossat, un des bras droits de la municipalité ex-Delanoë/Hidalgo de Paris. Brossat est, dans les faits, déjà érigé porte-parole du PCF.

Le 2 juillet, Chassaigne coprésidera, aux côtés de Pierre Laurent, un meeting national derrière Brossat, sous la ligne du PGE, « eurocronstructive », et les projets de recomposition politique intégrant le PCF à la recomposition social-démocrate (l’objectif de rassemblement de la « gauche » anti-Macron est déjà posé).

Tout le reste n’est que baratin, hypocrisie et tromperie ! A commencer par le texte « alternatif » qui nous est demandé de rallier !

La direction réformiste du PCF a deux fers au feu pour canaliser les communistes tout en gérant ses rivalités internes.

La lutte actuelle pour le service public nationalisé SNCF donne une illustration concrète des positions des uns et des autres. Notre proposition de lancer une campagne nationale contre la casse du monopole public, contre la transformation en sociétés anonymes, contre la fin du statut a été ignorée ou rejetée (violemment par Pierre Laurent). Notre initiative n’a été portée, mais avec un bon écho, notamment chez les cheminots, que par des organisations locales du PCF.

Pendant ce temps-là, les initiateurs du texte Chassaigne-économistes renvoyaient à une pétition pour faire  « pression sur le conseil d’administration de la Banque centrale européenne pour infléchir la politique de Quantitative Easing de la BCE vers la création d’un fonds de l’UE pour les services publics, permettant la reprise de la dette SNCF et des investissements, par de la création monétaire ». Sans commentaire ! Le salut par les institutions supranationales de l’UE dont nous combattons l’application de la politique en France, contre la SNCF ! La question de la dette de la SNCF, importante, est de toute évidence subordonnée au statut de l’entreprise : on sait, depuis le départ, que l’Etat la fera payer aux contribuables s’il gagne la transformation en société anonyme privatisable.

Sur la SNCF, de façon gravement marquante, en mai 2014, le député Chassaigne, représentant la direction du Parti, s’abstenait à l’Assemblée nationale sur la dissolution de la SNCF historique et, en juin, appelait à terminer la grève sur la base des amendements arrangés entre gouvernements et syndicats réformistes. Nous ne partageons pas cette conception défaitiste du combat de classe !

A l’occasion du 38ème congrès du PCF, nous utiliserons toutes les possibilités pour renforcer notre démarche de reconstruction du Parti de classe et déposerons, le 6 juillet, un texte alternatif.

Nous constatons, parmi les travailleurs, dans toute la population, l’aggravation de l’effacement du Parti, chez les communistes, un nouvel éloignement, du désengagement, de colère. Il faut prendre en compte que cela fait partie pleinement de la stratégie de liquidation du PCF que nous contrecarrons.

Nous ne laisserons pas faire. Comme pour la SNCF, contre la mort programmée du financement solidaire de la sécurité sociale (CSG + prélèvement à la source), pour la paix et le désarmement, etc. nous appelons à s’exprimer, agir, s’organiser pour reconstruire notre parti de classe, le PCF. Dans la fidélité (et la critique positive) à ce qu’il représente dans l’histoire de notre pays, à ce que le mouvement communiste a porté pour l’émancipation humaine dans le monde, au marxisme et au léninisme.

Nous appelons ceux qui ne connaissent pas notre démarche à prendre connaissance de notre texte de congrès « PCF : Reconstruire le Parti de classe – priorité au rassemblement dans les luttes ». Nous en déposerons le 6 juillet une actualisation. Aux membres du PCF, et c’est important, nous demandons de remplir le formulaire de soutien ci-joint, et de demander une attestation de mise à jour des cotisations auprès de sa fédération. Il s’agit, malgré les obstructions, de faire valider le dépôt de notre texte alternatif.

En 2020, nous devons fêter un centenaire en pleine régénérescence : le PCF !

Pour les initiateurs du texte alternatif « PCF: reconstruisons le parti de classe. Priorité au rassemblement dans les luttes »: cahierscommunistes@orange.fr; Corinne BECOURT/contact (06 26 09 26 48), Frédéric BERNABE, Emmanuel DANG TRAN, Eric JALADE, Marc JAMET, Eric MONNINI, Dominique NEGRI, Christiane ODETTI etc…

POUR SOUTENIR LA DEMARCHE « PCF: RECONSTRUIRE LE PARTI DE CLASSE. PRIORITE AU RASSEMBLEMENT DANS LES LUTTES », CLIQUEZ SUR LE LIEN

Déclaration des Cheminots de Miramas du 14 mai en Assemblée Générale

Nous reproduisons ci-dessous la déclaration des cheminots de Miramas validée en assemblée générale des grévistes, lundi 14 mai 2018

 

Aujourd’hui, lundi 14 mai, les cheminots de Miramas abordent leur 18ème jour de grève avec la même détermination qu’au premier jour. Notre niveau de mobilisation reste intact depuis le 4 avril. Son impact grandit dans toutes les activités (matériels, équipements, etc.).

Faute de convaincre les cheminots et les usagers, le tandem Macron/Philippe joue la l’esquive, l’enfumage, la montre, escomptant un délitement du mouvement d’ici les vacances. Pour nous, l’heure est au contraire à l’aiguisement, à l’intensification et à l’extension de notre lutte, à Miramas comme nationalement.

Dès le départ Macron et Philippe, qui viennent de donner 5 milliards d’euros par an aux plus riches, ont perdu la bataille du « cheminots-bashing ». Personne ne nous voit comme des privilégiés. D’accord ou non, tout le monde reconnaît la légitimité de notre lutte.

Quand Macron proclame qu’il veut prélever 30% sur le rail public en France, tout le monde, ou presque, comprend que ça se fera sur le dos du service public et de ses agents. Les guichets, les « petites » lignes, les « petites » gares, l’entretien, des milliers d’emplois qualifiés sont dans son collimateur, en sursis. Tout le monde, ou presque, comprend que Macron veut transférer ces 30% vers les profits de ses amis capitalistes.

Sur la privatisation, Macron et Philippe sont sur la défensive car ils savent que l’immense majorité du pays refuse le bradage de la SNCF. Mais la vérité éclate. Les milliers de km de lignes qui seront donnés au privé : c’est bien de la privatisation. L’extension, encore, des externalisations des services SNCF, c’est bien de la privatisation. Le projet de filialisation du fret, c’est bien de la privatisation. Les exemples de France Telecom ou d’Aéroports de Paris ont bien montré que la transformation d’établissements publics en sociétés anonymes, même un temps, soi-disant « 100% publiques », ne fait que préparer la privatisation du cœur de la SNCF lui-même. Les cheminots, en particulier, ne sont pas dupes !

Le cœur du soi-disant « pacte ferroviaire » de Macron, c’est l’application des directives européennes de mise en concurrence et de liquidation du monopole public. Les dégâts de ces politiques sont connus. Il n’y a pas même besoin d’examiner les exemples, parfois dramatiques, à l’étranger. A Miramas, nous sommes les mieux placés, pour mesurer le recul du fret, son coût économique et écologique, depuis la mise en concurrence. Le mouvement de grève de nos camarades d’EDF et du gaz illustre au mieux notre convergence de lutte. Ils exigent le bilan de 12 ans de concurrence et de privatisation : flambée des tarifs, abaissement de la sécurité d’approvisionnement, liquidation des barrages publics, casse sociale, endettement record sur les marchés boursiers…

Depuis plus d’un mois, les cheminots de Miramas ont manifesté, interpellé, agi, se sont faits entendre. Chacun de nos actes a été réfléchi et nous en sommes fiers. Nous avons été poser des rails devant la permanence de députés d’En Marche, ouvrir des péages autoroutiers, envahir la représentation régionale de l’Union Européenne, manifester devant la sous-préfecture et, dernièrement, devant le siège du MEDEF. Le rassemblement des cheminots, les convergences avec les salariés du privé comme du public, les usagers, notamment des entreprises de l’étang de Berre, et avec les populations, par exemple de la Côte bleue, est notre objectif constant.

Nous avons été plusieurs dizaines de cheminots sur les piquets de grève pour faire de ce lundi 14 mai une journée sans cheminot au travail ! Les chiffres de grève à la hausse aujourd’hui confirment la force de notre lutte avant des semaines décisives.

Nous nous investissons pleinement dans la « vot’action » organisée par nos fédérations syndicales cette semaine dans toutes les gares du pays. Janaillac, alter ego de Pépy à Air France, s’est vu infligé une déculottée par les salariés lors de sa tentative de casser la grève syndicale par voie de référendum. Conscients des limites de l’exercice, nous allons, à travers ce vote à la SNCF :

-          Montrer qu’une majorité de cheminots soutient la grève et entend participer au combat commun

-          Remettre au centre, face à l’enfumage, le cœur du « pacte ferroviaire » de Macron : NON à l’ouverture à la concurrence, NON à la transformation des EPIC SNCF en Sociétés anonymes, NON à la fin du statut cheminot et au recul social généralisé.

-          Préparer l’extension de la mobilisation, dans la lutte et la grève, pour, notamment les 18 et 19 mai, et les 23 et 24 mai.

En disant NON au « pacte ferroviaire », cheminots, nous enverrons un message clair au gouvernement : nous ne voulons pas négocier à la marge, nous remettons en cause le cœur de la réforme !

Forts de ce mandat clair, nous ne laisserons pas les négociations du 24 mai se borner à l’aménagement des dégâts, avec le sous-fifre Pépy. Nous ne nous mobilisons pas, à ce niveau, pour négocier la dégradation des conditions de travail dans les secteurs livrés en premier à la concurrence privée, de l’accord d’entreprise dans toute la SNCF, contre les anciens et les nouveaux embauchés, eux-mêmes mis en concurrence les uns contre les autres, avec une convention collective au rabais, faite sur mesure pour le privé. Pas question, en clair, de négocier notre transfert vers le privé, notre détachement dans une filiale privée !

L’avenir du financement du rail et la question de la dette sont très importants pour nous. Mais ce n’est pas la question immédiate. Nous ne tombons pas dans le piège de la négociation sur la reprise de la dette sans savoir si la SNCF sera une société anonyme privatisable ou restera un établissement public. Le patronat pousse déjà pour la reprise de la dette par l’Etat! L’entreprise privatisée que veut le gouvernement ne pourrait pas être profitable et attractive pour les spéculateurs, si elle reste lestée par la dette (« privatisation des profits, nationalisation des pertes », on connaît !).

Plus que jamais, nous exigeons le retrait du pacte ferroviaire, préalable au débat public national indispensable pour l’avenir du service public nationalisé du rail !

Pour gagner, les cheminots de Miramas appellent à continuer et amplifier la mobilisation pour les prochaines 48h de grève du 18 et 19 mai ! Nous continuons à travailler à la convergence des luttes et des revendications. Nous travaillons à l’unité d’action avec les salariés des industries usagères pour gagner contre la filialisation du FRET. Le 22 mai, les fonctionnaires seront en grève pour des questions de service public, de statut et d’externalisation, similaires aux nôtres. Les agents de la RATP aussi, contre le même agenda antisocial que nous, le même calendrier de destruction du monopole public au nom de directives européennes.

Une colère générale gronde dans le pays contre les augmentations de CSG, l’injustice fiscale que prépare le prélèvement à la source des impôts etc.

Partout, dans l’unité, engageons le « tous ensemble », dans l’action, la lutte, la grève : il nous mènera à la victoire !

Conseil national du PCF des 13 et 14 octobre 2017 – Intervention d’Emmanuel Dang Tran, fédération de Paris, préparée pour la discussion sur la préparation du congrès extraordinaire.

Ce congrès s’apprête à n’avoir d’extraordinaire que le nom ou plutôt la méthode pour le moins peu commune. Cette dernière permet aux dirigeants d’esquiver, une nouvelle fois, un bilan réel sur les causes, et sur leurs responsabilités, dans le processus de disparition du PCF, dont le nouveaux désastre électoral de juin permet de mesurer l’avancement.

Avancer le congrès de 6 ou 12 mois n’en fait pas un congrès « extraordinaire ». C’est la seule question que les adhérents sont invités à trancher dans ce questionnaire, pour sans doute leur donner l’illusion qu’ils décideront sur le reste.  Dans tous les cas, avec un congrès prévu en 2018 ou 2019 on ne sera plus sur un congrès « à chaud ». La préparation envisagée par la direction laisse présager une phase de débat statutaire aussi précipitée et bâclée qu’aux congrès précédents, si les communistes obtiennent le respect des statuts. De plus, avancer le congrès permet d’éviter une coïncidence avec la préparation des élections européennes qui aurait eu l’intérêt de mettre sur la table des discussions la ligne politique d’intégration européenne de la direction, 25 ans après notre grande campagne contre Maastricht, dont l’anniversaire a été totalement occulté par l’Huma et la direction.

Le congrès ne peut pas être « extraordinaire » si tout est fait pour écarter ce qui le justifie : l’état d’échec et de désaveu inédit que le résultat électoral de juin a traduit. Le déni, l’absence d’autocritique, la volonté d’imposer la poursuite de la même stratégie, envers et contre tout, sont pourtant ce qui ressort de la volonté de la direction du Parti, depuis le CN de juin, dans la préparation du congrès, comme dans la vie politique sous Macron. Pour Pierre Laurent, on est toujours au milieu du gué, il faut continuer les « transformations » et la matrice « Parti communiste » est usagée comme nous l’indiquent les sondages. Toujours les sondages ! Elle est d’autant plus usagée qu’on ne s’en sert pas et qu’on lui tourne le dos !

C’est une bonne chose qu’il reste des groupes à l’Assemblée et au Sénat. Mais nous savons tous que cela tient à des situations et à des arrangements locaux, à géométrie variable. Quand la liste à Paris aux sénatoriales obtient 9% des « grands » électeurs inscrits mais qu’aux législatives, moins de 2% de la classe ouvrière vote pour nos candidats : c’est le monde à l’envers pour un Parti communiste.

L’introduction du questionnaire et toute sa conception traduisent cette volonté de se défausser du bilan et de diluer les critiques. Dans les sections la méthode suscite scepticisme, réticence. Ne nous racontons pas d’histoires : les directions les plus volontaristes ont du mal à faire remplir les formulaires. Je fais partie de camarades qui invitent à rejeter le questionnaire, à rejeter une méthode biaisée, correspondant à une volonté de contourner le débat et l’expression critique des communistes pour mieux poursuivre la stratégie qui remet en cause l’existence même du Parti.

Le marketing n’a rien à faire dans un parti communiste. Les sondages sont conçus, les réponses traitées et interprétées dans le sens voulu par leur commanditaire. Les questions « ouvertes » appellent des réponses « cause toujours ». Les camarades ne doivent pas se faire d’illusions.

Deux ou trois formules identitaires vont être mises en discussion, mais seulement pour, communistes, nous occuper et nous rassurer. Il est question, enfin, de classe mais sous la formule antimarxiste de « classe populaire ». Une fois de plus, nous allons sauver le nom du Parti, symboliquement, pour que la ligne et la stratégie de la direction continuent à le vider de son sens et à le diluer publiquement, dans des tentatives de recomposition à « gauche ». Après le « Front de gauche », les « Communs » et ensuite ?

Il y a 25 ans, Robert Hue commençait à faire appel aux instituts de sondage bourgeois pour valider la stratégie de « transformation ». Avec ce questionnaire, nous sommes passés à l’étape d’après, semble-t-il.

La direction du Parti recourt au logiciel de la multinationale américaine du marketing électoral Nationbuilder, dont Trump aux Etats-Unis, Juppé, Fillon ou Mélenchon sont des clients « addicts ».

La spécialité de Nationbuilder : le profilage, le fichage des électeurs, des adhérents pour mieux vendre des produits politiques. Nous apprenons, horrifiés, que la direction du Parti a acheté, en janvier, les services de Nationbuilder. En février, la CNIL interdisait heureusement le fichage, depuis les réseaux sociaux des clients électoraux potentiels (dont la direction aura peu profité malgré l’investissement !). Mais les services de Nationbuilder continuent d’être utilisés pour les élections (avec quelle efficacité pour un Parti communiste !!) et maintenant pour le fichage et l’orientation des adhérents. Dans la presse spécialisé, je lis : « le précieux fichier interne Cociel alimentera la plateforme NationBuilder. A terme, le PCF envisage de gérer l’ensemble de sa base militante et de son maillage territorial grâce au logiciel américain ».

Une nouvelle façon de faire de la politique, le marketing électoral 2.0 ? Le fichage des clients-électeurs. Je préfère la discussion militante avec les collègues et voisins ! L’Humain d’abord ? Non Orwell version 1984.

Je demande que l’utilisation de ce logiciel soit abandonnée. Je propose qu’une question soit posée aux communistes : souhaitez-vous être fichés par le logiciel NationBuilder.

Cette étape de la préparation du congrès ne peut être séparée de nos positions et de nos actions contre la politique de Macron. Là aussi, l’absence de remise en cause a de lourdes conséquences.

Dans le Parti, aux précédentes réunions du CN aussi, a été analysé comment l’opération politicienne de Mélenchon court-circuite dangereusement le mouvement et le rapport de force pour gagner le retrait des ordonnances Macron et commencer à mettre en échec sa politique. Mais pourquoi donc, Pierre Laurent est-il allé soutenir la grand’messe de Mélenchon le 23 septembre ? Mélenchon a clairement annoncé sa voie, son impasse, dans son discours à « ses gens »: « au bout de la rue, il y a les élections ». Pierre Laurent enfonçait le clou en annonçant à la presse le lendemain son espoir d’une alternative politique, électorale pour 2022, avec les Insoumis, EELV et Hamon. Un contre-sens total dans la période. Une majorité de travailleur existe contre les ordonnances tout de suite, certainement pas pour une nouvelle illusion en 2022 !

Sur le fond, c’est également mauvais et contre-productif. Nous sommes en complet désaccord avec les positions de Mélenchon, favorables à une fusion CSG/Impôt sur le revenu, et de Hamon, avec son revenu universel attaquant la Sécurité sociale. Loin de s’opposer, ces socio-démocrates accompagnent idéologiquement les contre-réformes du pouvoir.

Contre la suite du démantèlement d’Alstom, pourquoi, communistes, nous ne portons pas l’exigence de la nationalisation du ferroviaire comme de l’énergétique, livrés, à défaut de capitalistes français, à Siemens demain, à General Electric hier ? En système capitaliste, la nationalisation n’est pas notre réponse à tout : mais un rapport de force existe dans le pays, sur ces activités cruciales à la réponse aux besoins, pour gagner une nationalisation démocratique. Nous ne pouvons pas en rester à demander une commission d’enquête parlementaire et un rachat, au profit de Bouygues, comme le demande aussi le PS, des actions qu’il a prêtées à l’Etat.

Riposte sociale, industrie, Europe, organisation du Parti : les questions du congrès sont des questions présentes, urgentes. Il faut la rupture avec les positions d’abandon.

Je finis par une proposition, une demande, que je partage avec de nombreux camarades en vue de l’assemblée des animateurs de section le 18 novembre. Après le désastre électoral de juin, le Comité exécutif national a choisi – malgré certaines voix semble-t-il – de ne pas remettre sa démission aux communistes. Le CEN doit donc assumer ses choix clairement devant eux. Plutôt que le questionnaire de diversion, nous demandons  – comme c’est logique dans toute association – que le CEN présente son bilan d’activité depuis le dernier congrès, soumette et assume son analyse, et l’orientation qu’il propose.

Les communistes ont besoin de discuter sur un texte commun, dès à présent. C’est la condition du débat démocratique mais aussi de la survie et de la renaissance du PCF.