Articles taggés pétition

Liberté pour les camarades de Parti communiste de Turquie emprisonnés depuis le 1er mai !

Oz. E. pour vivelepcf.fr, 13 mai 2015

34 membres du Parti communiste (Turquie) – KP – ont été placés en garde à vue après la manifestation du 1er mai 2015 sur la place Taksim à Istanbul.  3 d’entre eux, emprisonnés le 3 mai, sont toujours détenus à ce jour. Cette situation est inacceptable. Une mobilisation se développe en Turquie et internationalement pour leur libération immédiate. Le KP a lancé une pétition (ci-dessous).

Le gouvernement dirigé par le parti AKP a interdit les manifestations du 1er mai, Place Taksim, depuis 2013, en contradiction avec l’article 34 de la Constitution turque qui autorise quiconque « à se réunir et à manifester, sans autorisation préalable, pacifiquement et sans armes ».

Ce 1er mai 2015, malgré la fermeture de la zone au public, le KP a réussi à investir la place symbolique, ce qui a eu un retentissement dans toute la Turquie.

Les 3 membres du KP ont été jetés en prison suivant la politique de terreur et du gouvernement, directement contrôlé par le président Erdogan.

Pour le KP : « La décision est nulle et non avenue »

Dès le 3 mai, le KP a contesté la décision du tribunal dans une déclaration intitulée « La décision est nulle et non avenue ». Le KP fait constater qu’il n’y a aucun crime. Les juges et les procureurs, sous la pression de l’AKP,  s’écartent du droit et de la justice. Leur décision a pour but d’essayer d’intimider et de réprimer la contestation.

Comment le KP a réussi à investir la Place Taksim :

Aux alentours de midi, un groupe de militants du KP a fait irruption sur la place Taksim pourtant bloquée par la police gouvernementale pour empêcher la tenue de la manifestation traditionnelle du 1er mai. Voir la vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=C8TwRMT13y8

Ce sont les seules personnes à avoir pu accéder à la Place. Pour cela, les camarades avaient loué un appartement à côté de la place et s’y étaient cachés la veille. A 80 dans 50 mètres carrés, un jour durant, dans les conditions pas très favorables…

Pétition pour la libération d’Ali, de Deniz et de Bahtiyar

Le KP a lancé une pétition le 12 Mai sur le site http://hukumsuzdur.net sous le titre, « la décision est nulle et non avenue ». En voici la traduction :

Ali, Deniz et Bahtiyar sont détenus avant jugement pour avoir participé à un rassemblement sous la statue du Monument de la République, place Taksim,, le 1er mai.

La Constitution stipule que « toute personne a le droit, sans autorisation préalable, de se réunir et de manifester pacifiquement et sans armes ». Mais eux ont pourtant été arrêtés pour s’être réunis pacifiquement sur la place Taksim.

En aucun cas, le délit présumé ne nécessite la détention provisoire.

Le refus de la libération conditionnelle a été prononcé par la juridiction supérieure. Le juge de la Cour pénale, İslam Çiçek, se rappelle à notre souvenir. Lors de l’enquête sur les accusions de corruption à l’encontre du gouvernement de l’AKP, au moment où la presse entrait dans son bureau, alors qu’il était en train de parler avec des membres du MIT (Renseignements généraux – NDT), il a crié à un inconnu : « vas-t-en İsmail, vas-t-en ! ».

La flagornerie du juge Çiçek pour le pouvoir est sans limites. Ce représentant d’une justice soi-disant « indépendante » a partagé sur Facebook ce message (adressé à Tayyip Erdoğan) : « Dieu puisse vous accorder une longue vie, grand homme ! ».

Nous protestons contre la détention d’Ali Adıgüzel, de Deniz Sinan Tunaboylu et de Bahtiyar Şahin par ce système judiciaire, qui est devenu l’organe d’exécution des volontés personnelles de Tayyip Erdoğan.

Nous exigeons l’annulation de la décision d’emprisonnement.

Pour signature : http://hukumsuzdur.net

Qui sont Ali, Deniz et Bahtiyar ?

Ali Adigüzel est un travailleur. Deniz Sinan Tunaboylu est un étudiant et il travaille dans une librairie à Kadıköy. Bahtiyar Şahin était métallo chez Casper avant d’être licencié après une lutte syndicale.

Contre les hausses de TVA : faire monter l’opposition de masse et non la court-circuiter !

La contestation de la politique que poursuit Hollande, après Sarkozy, ne cesse de monter. La perte de pouvoir d’achat est dure pour le plus grand nombre, intenable pour certains. La hausse des prélèvements, des impôts, en est un élément, largement rejeté. Des mouvements anti-fiscalistes, démagogiques, l’exploitent pour mieux détourner la colère populaire. L’agitation organisée contre l’écotaxe, impôt préparé par la droite, hypocrite et mal ficelé certes, mais à la charge du patronat, en est l’illustration.

Dans ce contexte, l’opposition aux hausses de TVA peut donner au mouvement une perspective de rupture avec cette politique, sur une question juste et rassembleuse. La TVA est l’impôt le plus injuste frappant davantage les plus pauvres. Ces nouvelles hausses pèseront lourd sur le budget des ménages. Elles servent à financer de nouveaux cadeaux scandaleux, le « crédit d’impôt compétitivité », au patronat. Qui plus est, les hausses de TVA prévues par Sarkozy, « la TVA sociale », avaient été condamnées par la « gauche » maintenant au pouvoir… La contradiction politique est tellement grosse que des voix commencent à s’élever, même chez les soutiens de Hollande.

Construire une mobilisation de masse contre ces nouvelles augmentations de TVA peut frapper au cœur la politique du pouvoir et commencer à le faire reculer.

Dans ce sens, des initiatives sont prises, depuis des semaines, par des organisations du PCF. Nous reproduisons ci-dessous et en lien un exemple de tract-pétition à destination des entreprises et des quartiers.

Jean-Luc Mélenchon a décidé de récupérer la question. Un matin à la radio, il convoque une manifestation sur le sujet. Comme à son habitude, il décide seul au nom de son « Front de gauche », mettant ses partenaires devant le fait accompli. Comme à son habitude, suivant ses conceptions politiciennes, il ignore la lutte.

Ne laissons pas l’opération politicienne court-circuiter la lutte ! Aucune organisation syndicale ne peut accepter de s’y associer. Elles le disent toutes, l’une après l’autre. Le rassemblement de Mélenchon n’est pas d’abord un rassemblement contre la TVA mais un rassemblement derrière Mélenchon. Le 5 mai dernier, il convoquait le pays pour entendre Eva Joly et pour l’écouter prétendre devenir premier ministre de Hollande ou ministre de Montebourg !

Les directions du PCF, insultées, méprisées par les quelques adeptes de Mélenchon, vont-elles encore se sentir obliger de jouer les « tour-opérators » pour amener de toute la France la claque à l’histrion ? Peu sûr!

Le résultat prévisible (prémédité ?), sera de casser dans l’œuf en le réduisant à cet enjeu politicien la campagne qui pourrait réellement commencer à mettre en échec la politique du gouvernement. Le « Front de gauche », c’est bien le contraire d’un mouvement de classe, d’un rassemblement populaire !

Ne laissons pas faire ! Face à cela, communistes, assumons notre raison d’être !

UN EXEMPLE DE TRACT PETITION:

PETITION au Président de la République. ANNULEZ LES AUGMENTATIONS DE TVA PREVUES AU 1er JANVIER 2014 !

L’augmentation des taux de TVA au 1er janvier, voulue par le gouvernement, dans la suite de son prédécesseur, est insupportable.  

Elle est insupportable parce qu’elle va prélever 170 euros en moyenne sur chaque foyer, pour un total de 6,5 milliards d’euros par an.

Elle est insupportable parce que la TVA est un impôt profondément injuste. Frappant la consommation, elle frappe proportionnellement davantage les petits revenus. Les 10% de ménages les plus pauvres doivent y consacrer 11,5% de leurs revenus contre 5,9% pour les 10% de ménages les plus riches. Choix aggravant pour 2014, à côté de la hausse du taux normal de 19,6% à 20%, le pouvoir augmente le taux réduit de 7% à 10%. Or ce taux s’applique à des produits et services indispensables. Par exemple, les tarifs des transports en commun risquent d’augmenter encore de 3% (ou bien ce seront les investissements qui pâtiront).

La hausse de la TVA est insupportable parce qu’elle s’ajoute à toutes une série de nouvelles ponctions frappant les salariés et les retraités. Ils subissent de plein fouet l’augmentation de l’électricité de 5% en juillet, 50 euros en moyenne par foyer, suivant l’envolée des tarifs du gaz. Tout cela pour préparer la concurrence et la privatisation alors qu’EDF et GDF-Suez amassent les profits. Ils subissent l’augmentation prohibitive des loyers et de l’immobilier. 3 millions de ménages aux revenus modestes, de veuves et de veufs notamment, sont devenus, parfois lourdement, imposables sur le revenu depuis 2011 (à la suite du gel des barèmes et de l’extinction de la demi-part accordée pour avoir élevé des enfants). La liste des prélèvements est longue : chacun fait sa dure addition !

La hausse de la TVA pour 2014 est insupportable parce qu’elle ne contribue en rien aux dépenses publiques et sociale utiles. Au contraire, le budget 2014 d’austérité organise leur diminution. Les 6,5 milliards d’euros de TVA nouvelle vont aller gonfler les caisses du patronat, en étant affectés au « crédit d’impôt compétitivité » (CICE). Alors qu’il se plaint sans arrêt des déficits publics, le gouvernement les creuse en octroyant ce cadeau, d’un montant inédit depuis 15 ans, aux entreprises. Au titre du CICE, elles recevront du budget de l’Etat 10 milliards d’euros en 2014, 20 milliards en 2015. Ces sommes compenseront 4% puis 6% des salaires qu’elles versent (en dessous de 2000 euros net). En tant que consommateurs, les salariés et leurs parents vont rembourser une partie de leurs propres salaires à leur patron. Ce dispositif est scandaleux ! Les 180 milliards d’euros d’aides publiques versées par an aux entreprises ont fait la preuve de leur inefficacité pour l’emploi mais de leur faculté à gonfler les profits. L’Union européenne du capital applaudit l’initiative du gouvernement français. Travailleurs, révoltons-nous !

L’exaspération monte devant cette politique injuste qui accompagne la poussée du chômage, la montée des difficultés quotidiennes. Elle est attisée par les désillusions après les élections de 2012. La « gauche » au pouvoir s’applique à cultiver la résignation, à faire oublier les mobilisations exceptionnelles de 2010 pour les retraites, pour les services publics, à accompagner les plans de suppression d’emploi  en faisant accepter le déclin de l’appareil productif. Sous Hollande et Ayrault, comme sous Sarkozy et Fillon, le patronat et le capital continuent de plus belle à utiliser leur propre crise pour accélérer la casse des acquis sociaux et démocratiques, renforcer l’exploitation, mettre en péril l’avenir de la réponse aux besoins du peuple. L’Union européenne et son instrument l’euro les y aident plus que jamais.

Dans le même temps, les tenants du système s’appliquent à détourner la colère populaire vers des batailles stériles pour les salariés (ex : contre l’écotaxe), vers des défouloirs électoraux aux perspectives étroitement politiciennes, vers l’extrême-droite, parti de la haine autant que de la bourgeoisie, repoussoir chargé de dévoyer les propositions de rupture, en particulier, en cette année d’élections européennes, avec l’UE et l’euro.

L’expérience le vérifie à nouveau : toute perspective de changement ne peut partir que des luttes et de leurs convergences sur des positions de rupture, à chaque niveau.

Des initiatives diverses se développent contre les hausses de TVA. Le PS de M. Hollande avait dénoncé la « TVA sociale » de Sarkozy mais il suit maintenant les pas. Cette bataille précise s’inscrit dans la contestation de l’ensemble de la politique du pouvoir.

 Communistes du 15ème, nous mettons à votre disposition dans ce cadre, une pétition au Président de la République, dont nous remettrons des copies aux députés du 15ème.

PETITION AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE (copie à nos députés)

ANNULEZ LES AUGMENTATIONS DE TVA PREVUES POUR 2014!

M. le Président,


Considérant que les hausses de TVA que votre gouvernement a prévues pour 2014 vont peser très lourd sur notre vie, 170 euros en moyenne par foyer,

Considérant que la TVA est un impôt profondément injuste, frappant davantage les plus pauvres, que la hausse du taux réduit va notamment entraîner une hausse des prix de services essentiels comme les transports publics,

Considérant que salariés, retraités, jeunes, nous avons déjà été lourdement mis à contribution par des prélèvements nouveaux, des augmentations de tarifs publics etc.,

Considérant que ces hausses de TVA ne contribuent pas à soutenir des dépenses publiques et sociales utiles dans le budget 2014 mais à compenser de nouveaux cadeaux que vous avez consentis au patronat et qui creusent les déficits publics,

Vous rappelant que vous aviez dénoncé à juste titre les projets de TVA « sociale » de votre prédécesseur,

Nous vous demandons d’intervenir pour que le gouvernement retire son projet d’augmentation du taux normal de la TVA de 19,6 à 20% et du taux réduit de 7 à 10%.

Pétition en ligne : nationaliser PSA et Renault

Pour la nationalisation de PSA et Renault, je signe :

Nous demandons au gouvernement et au président d’imposer immédiatement le retrait du plan de casse des patrons de PSA, de nationaliser PSA et de renationaliser intégralement Renault.

Partager avec vos amis :

Sans surprise, François Hollande, après l’indignation feinte, joue l’impuissance devant le plan de casse de 8000 emplois à PSA et la liquidation de l’usine Citroën d’Aulnay. Un rapport d’expert, de complaisance, vient habilement soutenir sa position. Il critique la stratégie de la direction mais juge la « restructuration » inéluctable et oppose perfidement les ouvriers d’Aulnay à ceux de Madrid. Maintenant, le gouvernement va s’appliquer à aménager « socialement » le plan pour mieux le faire passer.

Et pourtant, les politiciens de tous bords n’ont cessé, durant toute la campagne électorale, de clamer leur volonté de redresser l’industrie. Et bien ils le peuvent mais il faut les y contraindre!

PSAAujourd’hui, au nom de la crise, le nouveau gouvernement accompagne la stratégie du tout profit des actionnaires de Peugeot, comme hier, le gouvernement précédent a délivré des milliards d’euros d’aides publiques, directes et indirectes, aux capitalistes du secteur. Renault, dont l’Etat reste l’actionnaire de référence mais dont les profits sont absorbés à 85% par le privé, a impulsé la politique de délocalisation et de casse industrielle en France.

Une lutte nationale peut imposer autre chose que ces choix hypocrites :

- Le retrait pur et simple du plan de « restructuration » de PSA.

- Le remboursement des aides publiques reçues.

- La fin de la mise en concurrence destructrice, organisée par l’UE, notamment avec l’euro, entre les travailleurs de chaque pays. Notre peuple a déjà dit NON aux traités européens. Faisons-le respecter !

L’industrie et l’industrie automobile en particulier sont des priorités nationales? Oui ! Alors posons la question de la nationalisation des deux entreprises centrales, dont dépendent les équipementiers et sous-traitants, qui structurent des bassins d’emploi entiers, avant qu’il ne soit trop tard !

Que l’on ne nous dise pas que c’est trop cher ! La capitalisation boursière de Peugeot-Citroën est tombée à 2,25 milliards d’euros. C’est 20 fois moins que le coût de l’avion de guerre Rafale !

Historiquement, la nationalisation, après l’expérience de la Libération, n’a rien à voir en France avec les opérations de renflouement momentané par l’Etat des trusts comme General Motors aux Etats-Unis. Un rapport de force existe pour, par la lutte, par l’intervention des salariés, se débarrasser des intérêts privés, gagner d’autres choix industriels dans l’intérêt du pays: la réponse aux besoins face à la logique du profit.

Nous demandons au gouvernement et au président d’imposer immédiatement le retrait du plan de casse des patrons de PSA, de nationaliser PSA et de renationaliser intégralement Renault.

Dernières Signatures

95nathalie depommierthonesdéc 02, 2013
94JEAN PIERRE DE LA CRUZLa Craujuil 04, 2013
93charles DeportesAPPRIEUmar 26, 2013
92laurent Richardle grand lempsmar 21, 2013
91Renaud CavierSaint-Jean-de-la-Ruellemar 11, 2013
90gerard valletcouthures sur garonnemar 10, 2013
89marie christine sinteffcorny sur mosellemar 05, 2013
88Christophe LENOUVELLECormeilles en Parisismar 05, 2013
87jacques leleusaint gratienfév 27, 2013
86Pascal BaraudChateauponsacfév 26, 2013
85pierre laplisefév 25, 2013
84mohamed ghiliargenteuilfév 25, 2013
83jean LEFEVREcormeilles en parisisfév 24, 2013
82Idriss BrouksyBezonsfév 24, 2013
81bertrand danetbois-colombesfév 24, 2013
80didier philippeargenteuilfév 24, 2013
79Robert VALBONArgenteuilfév 24, 2013
78nicolas chantronsaint julien en genevoisfév 14, 2013
77Robert DuvalRENNESfév 09, 2013
76paulette placierlorrisjan 27, 2013
75olivier goldfarbparisjan 26, 2013
74Jean BAUSVILLE SU YRON 54jan 23, 2013
73Elise BAUS54800 VILLE SUR YRONjan 23, 2013
72Alain GOULLONVITRY SUR SEINEjan 23, 2013
71Gael BOURDEAU Debout la République 35RENNESjan 19, 2013
70Jean-Louis Perrault - DLR 35Saint-Malojan 18, 2013
69bernard LEQUEUMALAKOFFdéc 05, 2012
68nicolas coheriersaint martin d'heresnov 20, 2012
67Stéphanie Gwizdakcourbevoienov 19, 2012
66Serge PortejoieMalakoffnov 17, 2012
65Eliane LACOMBESURESNESnov 16, 2012
64gilbert tenezevovesnov 10, 2012
63Béatrice GAGLIANO63880 Le Brugeronnov 10, 2012
62olivier apruzzesetretsnov 09, 2012
61David FriggeSaint-Denisnov 05, 2012
60Noel ColletAnnecynov 01, 2012
59Annie ReynaudLa Garenne colombesoct 31, 2012
58José HernandezCunac (81)oct 31, 2012
57jean-marie borelmarseilleoct 31, 2012
56Cyril ISAPOFFChoisy-le-Roioct 30, 2012
55nadege muzardparisoct 30, 2012
54marie-france chinaultchâteaurenardoct 30, 2012
53Alexandra RelotSARANoct 30, 2012
52Anne Marie KOLLIGUJAN MESTRAS (33)oct 30, 2012
51Yves Le GloahecLe Pont-de-Beauvoisin (Savoie)oct 30, 2012
50Jeanine GauthierCommentryoct 30, 2012
49Marie-Claude BEAUDEAUoct 30, 2012
48Alexandre VillardLyonoct 30, 2012
47Alain SINGERFouilloy (80)oct 30, 2012
46Maurice MorineauSaint-Lô (50)oct 30, 2012
45Paule BallutSuresnesoct 30, 2012
44Rodolphe BalensiSuresnesoct 30, 2012
43dominique corniltregnieroct 28, 2012
42Henri VacherGuéretoct 24, 2012
41Sarah EdouardParisoct 24, 2012
40Jeoffroy MoreauxParisoct 22, 2012
39Pierre YAGHLEKDJIANPCF RATP Busoct 22, 2012
38valerie tranchantsaint martin d'heresoct 21, 2012
37martine boutros lescoatgentillyoct 21, 2012
36romain belloniemeymacoct 19, 2012
35laurent lourdezmitry moryoct 19, 2012
34jacky garciaromilly sur seineoct 19, 2012
33crumiere pascalla voulteoct 18, 2012
32Eric JaladeCastresoct 18, 2012
31gilles boulonnaisbèthenyoct 18, 2012
30Tennessee GARCIALyonoct 17, 2012
29Frédéric MesplèdeBordeauxoct 17, 2012
28Pierre DarghamVanves (92)oct 17, 2012
27DEGANS GuillaumeSegoufielle (32)oct 17, 2012
26Jean Claude PatéQuettehouoct 16, 2012
25Emmanuel Dang TranParis 15oct 16, 2012
24Julia ChryssomalisLyonoct 16, 2012
23alain simionemarseilleoct 16, 2012
22Odilon ABRAHAMChampigny s/Marneoct 15, 2012
21olivier davoisemontreuiloct 15, 2012
20Liliane GabelLe Viganoct 15, 2012
19Thomas BARBYToulouseoct 14, 2012
18Sylvie MARCHANDEVREUXoct 14, 2012
17dorian verneyrochefortoct 14, 2012
16j paul soyegauchyoct 14, 2012
15Virgile SCHERERPierrelatteoct 14, 2012
14Corinne BECOURTSaint Quentin 02oct 14, 2012
13Ygor SégouffinBragayracoct 14, 2012
12jeanine caillela turballeoct 14, 2012
11Jean Luc TOURNAYSaint-Quentin 02oct 14, 2012
10Lison GényMadridoct 13, 2012
9Benjamin PruvostSaint-Etienneoct 13, 2012
8Michel GaglianoSt Etienneoct 13, 2012
7Alicia Simonsaix en provenceoct 12, 2012
6Frédéric SoulaCarpentrasoct 11, 2012
5Francisca BOUYERParis 20oct 11, 2012
4Benjamin RabbiaAix en Provenceoct 11, 2012
3Stéphane AURIOLratpoct 11, 2012
2Emile TORNERParis 15 - déporté-résistantoct 11, 2012
1Albert BARREParis 15 - ancien de Citroënoct 11, 2012

Retrait du plan PSA – Nationalisation de PSA et Renault !

PETITION

(lancée à la Fête de l’Humanité 2012):

Retrait du plan de casse de PSA!  Nationalisation de PSA et Renault!

En PDF

Texte:

Sans surprise, François Hollande, après l’indignation feinte, joue l’impuissance devant le plan de casse de 8000 emplois à PSA et la liquidation de l’usine Citroën d’Aulnay. Un rapport d’expert, de complaisance, vient habilement soutenir sa position. Il critique la stratégie de la direction mais juge la « restructuration » inéluctable et oppose perfidement les ouvriers d’Aulnay à ceux de Madrid. Maintenant, le gouvernement va s’appliquer à aménager « socialement » le plan pour mieux le faire passer.

Et pourtant, les politiciens de tous bords n’ont cessé, durant toute la campagne électorale, de clamer leur volonté de redresser l’industrie. Et bien ils le peuvent mais il faut les y contraindre!

Aujourd’hui, au nom de la crise, le nouveau gouvernement accompagne la stratégie du tout profit des actionnaires de Peugeot, comme hier, le gouvernement précédent a délivré des milliards d’euros d’aides publiques, directes et indirectes, aux capitalistes du secteur. Renault, dont l’Etat reste l’actionnaire de référence mais dont les profits sont absorbés à 85% par le privé, a impulsé la politique de délocalisation et de casse industrielle en France.

Une lutte nationale peut imposer autre chose que ces choix hypocrites :

- Le retrait pur et simple du plan de « restructuration » de PSA.

- Le remboursement des aides publiques reçues.

- La fin de la mise en concurrence destructrice, organisée par l’UE, notamment avec l’euro, entre les travailleurs de chaque pays. Notre peuple a déjà dit NON aux traités européens. Faisons-le respecter !

L’industrie et l’industrie automobile en particulier sont des priorités nationales? Oui ! Alors posons la question de la nationalisation des deux entreprises centrales, dont dépendent les équipementiers et sous-traitants, qui structurent des bassins d’emploi entiers, avant qu’il ne soit trop tard !

Que l’on ne nous dise pas que c’est trop cher ! La capitalisation boursière de Peugeot-Citroën est tombée à 2,25 milliards d’euros. C’est 20 fois moins que le coût de l’avion de guerre Rafale !

Historiquement, la nationalisation, après l’expérience de la Libération, n’a rien à voir en France avec les opérations de renflouement momentané par l’Etat des trusts comme General Motors aux Etats-Unis. Un rapport de force existe pour, par la lutte, par l’intervention des salariés, se débarrasser des intérêts privés, gagner d’autres choix industriels dans l’intérêt du pays: la réponse aux besoins face à la logique du profit.

Nous demandons au gouvernement et au président d’imposer immédiatement le retrait du plan de casse des patrons de PSA, de nationaliser  PSA et de renationaliser intégralement Renault.

NOM, Prénom, adresse, courriel, qualité, signature

 

A remettre, à la Fête de l’Humanité, sur le stand de la Fédération PCF de la Haute-Saône, avenue Salvador Allende, sur celui de la section du PCF de Saint-Quentin, avenue Paul Vaillant-Couturier ou sur celui de la section du PCF Paris 15, avenue Dolores Ibarruri.

Ou à renvoyer à « Cahiers communistes », 130 rue Castagnary, 75015 PARIS, cahierscommunistes@orange.fr