Mvt. communiste inter

“Reconstruct the Party of Class! Our Priority is Unified Class Struggle.” – Programme for the 37th Congress of the FCP – PCF

 

37th Congress of the French Communist Party (PCF)
Proposed Programme for the Party

 

“Reconstruct the Party of Class! Our Priority is Unified Class Struggle.”

A short presentation of the text

 

The present text is an instrument for action and combat. On the occasion of the 37th Congress of the PCF, we wish to permit the vast number of Communists to express, towards both Party members and engaged workers, their choice of rupture with the reformist liquidation of both the organisation (PCF) as well as its Communist stance and positions.

As a prerequisite, our text rejects the participation, unilaterally announced by the party’s national leadership, in the farcical “Primary of the Left” (for the Presidential elections). Our text equally rejects the lobbying for the candidature of “Melenchon 2017” which follows the same logic as the Primary of the Left. We refuse the fixation on the presidential elections. We refuse renewed electoral illusions and the insertion of the PCF in the political reorganisation, on the “Left”, of a reformist political bloc. The eradication of the PCF and of our political positions in class struggle has already cost us enough in recent years.

Hollande/Ayrault/Valls have effectuated, notably through the “Pacte de Responsibilité,” the largest transfer of socialised salary to capitalist profits. Their policies, including the destruction of individual and collective freedoms, prepare the way for far worse in the next presidential term and the foreseeable new phase in the crisis of capitalism. Mired in its electoral compromises with the PS (Parti Socialiste) and in the sham politics of the Front de Gauche, the PCF has lost more and more credibility and influence since 2012.

Endorsement of the “Sacred Union” and the State of Emergency following the terrorist attacks, alignment with Tsipras in Greece with his policy of ultra-austerity and his resignation couched in sophistry, as well as the obsession with defending European integration; the politcal line of the national leadership of the PCF ignores popular anger and the aspirations of the vanguard who struggle, notably in unions with revolutionary traditions.

We stand against this hastily prepared congress precipitating the Party further into an abyss of contradictory positions notably through the presidential primaries for the “Left.” We put forward for discussion a wholly different political line: political positions of rupture, notably rupture with the EU. The forthcoming important battles require strong political positions. The intransigent defence of the financing of National Health, retirement and social services, adapted to actual needs, through “la Cotisation Sociale” (equivalent of the National Insurance Contributions in the UK). The fight for Public Services notably through supporting the Train Workers battle against the Rail Reforms. Rejection of EU Directives. The defence of existing and the reconquest of historic Public Monopolies which were won after World War Two. The struggle for production, for small farmers and for industry. The combat against the capitalist market. The demand for democratic nationalisations.

The intensifying crisis of global capitalism is leading to a real increase in global risks: entire regions engulfed in war and human dramas such as that of the ‘migrants.’ Rather than the approval of certain military ‘strikes’ in the names of the fight against ‘terrorism,’ the Party must resume its anti-imperialist combat, and renew its work for international solidarity. The Party must, now more that ever, demand that France leave both NATO and the European Defence Agency, work for peace and work for disarmament.

Confronted by the political crisis of ‘alternance’ (the alternating share of power between the right and the left) and by the general crisis of Bourgeois Democracy, the present system dangerously promotes without hesitation extreme right-wing parties. Our refusal to accept the normalisation of the extreme-right wing Front National Party in France must be paired with a Class-based denunciation of the Front National’s social demagoguery. Furthermore, we must denounce the emergence of so-called new and ‘modern’ political formations (with the support of today’s dominant ideology). These new formations, radical in appearance only while maintaining profoundly reformist political positions, must not distract us from our principal task: the task of reinforcing a class-based Party with a rigorous anti-capitalist political line.

Through this text, we wish to show that, throughout France, local organisations of the French Communist Party are working to make the Party thrive on the basis of class struggle, seeking union along this path, and responding to the aspirations and anger of the working-class. Furthermore, these local organisations of the PCF have begun to reclaim the Party by and for those who most need a historically revolutionary working-class Party in France, and that they are working to reconstruct it.

Finally, at the occasion of the Party’s 100th anniversary, we call for a vast commemoration. This commemoration should serve to a critical discussion, within and beyond the Party: a critical discussion fully informed by the History entwined with that of the French Communist Party. That is to say the heritage, the present importance, and the fecundity of the Revolution of October.

Some predict that the French Communist Party will not celebrate its 100th anniversary in 2020. Together, we will show them that they are wrong.

 

Texte version PDF

Brésil : « Ni procédure d’empêchement, ni pacte avec la bourgeoisie. L’issue est à gauche ! », Parti communiste brésilien (PCB)

Note politique du Parti communiste brésilien, traduction MlJ pour « Solidarité internationale PCF – vivelepcf », 16 avril 2016

Le PCB respecte les forces sociales et politiques de gauche et du camp démocratique qui seront dans les rues dimanche prochain, mobilisées par des préoccupations sincères devant l’offensive de la droite dans notre pays, et pour beaucoup d’entre elles, encore attachées aux rêves d’un tournant vers la gauche du PT, maintenant ou en 2018, d’une lutte acharnée pour démocratiser, réformer et humaniser le capitalisme. Nous recherchons le dialogue et la construction d’une unité d’action avec ces forces, dans la défense des libertés démocratiques, et pour les droits de la classe ouvrière, en particulier avec celles qui considèrent que la lutte prioritaire est de caractère anticapitaliste, dans les rues et les lieux de travail, sans illusion sur un projet de plus en plus disqualifié de conciliation de classe.

Le PCB a dénoncé les manœuvres que des composantes de la bourgeoisie, majoritaires, ont entreprises pour renverser le gouvernement, non pas parce que celui-ci serait de gauche ou même réformiste, mais parce qu’en raison de ses contradictions, il retarde la radicalisation des politiques d’austérité exigée par le capital. La droite manipule les médias dominants, l’activisme politique de pans de la justice, les failles que la démocratie bourgeoise leur assure pour exercer leur dictature de classe. Elle le peut surtout parce que le PT a creusé sa propre tombe avec sa politique la collaboration de classe.

Nous identifions également comment la bourgeoisie essaie de faire porter sur le seul PT la responsabilité de la corruption, qui est systémique dans le capitalisme, et qui finance outrageusement tous les partis et institutions politiques. Le PCB dénonce le cynisme et la duplicité qui caractérisent la procédure d’empêchement, conduite par un individu clairement corrompu lui-même qui, tout en accélérant l’empêchement de la Présidente, manœuvre pour évacuer son propre dossier du Conseil d’éthique de la Chambre.

Au cours des derniers mois, nous avons participé à plusieurs actions qui pourraient nous ranger parmi les adversaires de la procédure d’empêchement. Elles étaient articulées, sur une base de gauche, avec la protestation contre le gouvernement de collaboration de classe. Mais les actions de ce dimanche seront marquées exclusivement par la défense du gouvernement Dilma/Lula. Par ailleurs, mercredi dernier, 13 avril, devant le risque d’approbation par la Chambre de l’empêchement, Dilma s’est rendue entièrement à la bourgeoisie, en déclarant que, si la procédure était rejetée, le lendemain même, elle lancerait « un pacte national – sans perdants ni vainqueurs – incluant l’opposition ».

Donc, nous l’avons dit clairement : nous ne participerons pas aux actions pour défense du gouvernement Dilma/Lula organisées ce dimanche 17 avril. Pour le PCB, il est impossible de défendre un gouvernement qui annonce déjà un virage encore plus à droite, une acceptation plus profonde encore du projet de la bourgeoisie, encore plus d’ajustements et de politiques de droite.

Depuis mars 2015, lorsque la droite a lancé le sujet de l’empêchement, le PCB a dit clairement que, quel que soit le résultat, les travailleurs allaient perdre plus encore que ce qu’ils ont perdu dans ces 13 ans de collaboration de classe sous des gouvernements PT. Nous avons toujours affirmé que la bataille pour garder à tout prix un gouvernement PT n’amènerait pas un virage à gauche, mais un virage à droite, cédant plus de place aux intérêts du capital. Depuis le début de ce roman de mauvais goût, le PT n’a fait que pousser davantage les politiques d’ajustement et les privatisations néolibérales, ainsi que les accords cherchant une base de soutien plus conservatrice.

Les gouvernements PT, issus des mouvements syndicaux et sociaux, ont trompé et désarmé les travailleurs et, pour couronner le tout, construit un cadre juridique pour assurer l’ordre bourgeois et de réprimer les luttes populaires: maintien de la loi de sécurité nationale, création de la Force nationale et adoption des décrets d’application de cette loi et de la loi anti-terrorisme récemment proposée et actée par la présidente.

Indépendamment du résultat du vote de l’Assemblée en séance plénière, nos efforts se concentreront, de plus en plus, dans l’articulation d’un bloc de luttes anticapitaliste et anti-impérialiste, visant à l’unité d’action autour de luttes communes. Nous n’allons pas nous disperser dans le débat sur la gestion du capitalisme – qui va continuer encore pendant des mois de procédures au Sénat et devant la Cour suprême, de manifestations pro ou anti Dilma – tandis que le programme conservateur et néolibéral avance et que le rapport de force se dégrade pour les travailleurs.

Tous les efforts des communistes et des autres forces anticapitalistes, à partir de maintenant, devraient se concentrer sur l’organisation et la mobilisation des travailleurs et des mouvements populaires pour faire face à l’offensive du capital. L’issue est sur la gauche, avec la formation d’un bloc de lutte de caractère anticapitaliste, avec une unité d’action autour d’un programme minimum qui puisse exprimer les revendications de la classe ouvrière pour l’emploi, la terre, le logement, les droits et libertés, dans la perspective de la construction du pouvoir populaire et sur le chemin vers socialisme.

Le PCB propose de réaliser, dans la première moitié de l’année prochaine, une rencontre nationale de la classe ouvrière et du mouvement appelant à un 1er mai de classe, unitaire, dans toutes les villes où ce sera possible, à des initiatives visant fondamentalement l’unité d’action nécessaire dans la lutte anticapitaliste.

Comité central du PCB – Parti communiste brésilien, 16 avril 2016 Voir aussi en lien:

Mars 2016 : Le Parti communiste brésilien sur l’aggravation de la crise politique au Brésil: l’impasse de la réconciliation et le chemin de la lutte

Août 2015 : Brésil. Trois crises … mais une fait défaut. – Article théorique de Mauro Iasi

Le Parti communiste allemand (DKP) quitte le Parti de la gauche européenne (PGE)

Déclaration du Parti communiste allemand, 1er mars 2016, traduite par MlN pour « Solidarité internationale PCF – vivelepcf »

Contre l’Union européenne, pour un travail en commun à gauche

Les délégués du 21ème congrès du Parti communiste allemand (DKP) [réunis en 3ème session] ont décidé le 27 février 2016 que le Parti abandonnait sont statut d’observateur dans le « Parti de la gauche européenne » (PGE). 99 délégués ont voté pour cette résolution, 52 se sont prononcés contre et six se sont abstenus. Le DKP entend à l’avenir mettre l’accent, dans le travail en commun au plan international, sur la recherche de contacts avec les partis frères communistes.

Que le DKP reste observateur ou même devienne membre de plein droit du PGE fait partie depuis des années des questions les plus controversées dans le Parti. Le PGE, comme l’a rappelé une intervention liminaire à la discussion de la résolution, critique certes la politique actuelle de l’UE. Mais, le PGE part de l’analyse qu’il ne s’agit là que d’une déviation du cours, fondamentalement juste pour lui, de l’intégration européenne. Les délégués, par leur décision ont souligné une nouvelle fois que le DKP considère que cette UE ne saurait être amendable. De son point de vue, l’UE est dans sa structure même tournée vers les intérêts des banques et des trusts. Une minorité du Parti a critiqué le retrait du PGE estimant qu’il signifiait un renoncement à la collaboration avec d’autres forces de gauche. Beaucoup d’intervenants sont allés contre cette vision des choses. Pour eux, il ne s’agit pas de savoir s’il on doit travailler avec d’autres forces de gauche. Il s’agit de définir à quoi ce travail doit ressembler : les communistes peuvent-ils s’accorder avec un PGE dont le programme n’envisage pas de dépasser les frontières du capitalisme ? Le DKP milite pour des formes de travail en commun où soient reconnues les différences de vue entre les participants. Il n’entend pas se laisser ôter la possibilité, aussi bien de s’engager dans de larges alliances qu’en même temps aussi, de promouvoir ses propres options progressistes et révolutionnaires.

A l’avenir encore, le DKP entend travailler avec des partis membres du PGE. Il se place dans l’unité d’action dans le combat contre l’exploitation, la remise en cause de la démocratie et la guerre. Il salue chaque initiative qui met en avant les intérêts communs des travailleurs contre les monopoles. Il participe à toute démarche visant au combat commun. Dans les entreprises et les quartiers, dans la rue et dans les conseils municipaux, au niveau national et international, le DKP s’engage dans le combat, dans de vastes alliances, pour les intérêts des travailleurs.

L’implication de l’OTAN dans la question des réfugiés représente un développement dangereux

Déclaration de Georgos Loucaides, porte-parole du Comité central du Parti progressiste des travailleurs de Chypre (AKEL – Parti communiste). 10 février 2016, traduction MlN pour « Solidarité internationale PCF – Vivelepcf »

L’implication de l’OTAN dans la gestion des flux de réfugiés en mer Egée, suivant les objectifs de la Turquie et de l’Allemagne, représente un développement dangereux. Les nouvelles mesures et les mécanismes que prévoient l’Union européenne et l’OTAN font peser des menaces flagrantes sur la souveraineté de leurs Etats-membres. Dans le même temps, l’intensification de la répression exercée contre les réfugiés et la militarisation de la crise laissent présager d’autres tragédies en mer Egée et dans toute la Méditerranée. L’implication de l’OTAN vient s’ajouter à la création par l’UE d’une garde côtière frontalière qui pourra agir même sans l’approbation de ses Etats-membres.

Qui peut donc faire confiance à la machine de guerre, dénommée OTAN, pour prendre soin des réfugiés et des civils ? Où finiront les civils syriens réfugiés alors que leur pays est toujours noyé dans le sang ? Comment va-t-on dissuader les réfugiés d’avoir recours à des passeurs tant que l’UE n’aura créé aucun cadre et aucun parcours légaux et sûrs pour qu’ils déposent leur demande d’asile? Jusqu’à quand l’UE va-t-elle continuer à marchander et négocier avec la Turquie les vies, la sécurité et la dignité des millions de personnes qui fuient la furie de la guerre ?

AKEL réaffirme qu’il n’y a pas d’autre solution définitive à la crise des réfugiés que la fin de la sanglante guerre civile en Syrie. Celle-ci ne pourra pas arriver tant que les pays de l’OTAN et leurs alliés n’auront pas arrêté, une fois pour toutes, toute forme de soutien à l’organisation de l’Etat islamique, de financement, d’équipement de celle-ci et de commerce avec elle, tant qu’ils n’auront pas cessé de saper les forces qui combattent l’Etat islamique sur le terrain.