Etranger

Venezuela – Congrès du PCV : « Il y a une autre voie : la révolution »

Repris du site http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Le Parti communiste du Venezuela tenait son 15ème congrès du 22 au 25 juin 2017.

Pour le PCV,  défendre les acquis du pays implique une radicalisation du processus bolivarien.


Interview de Carolus Wimmer, secrétaire à l’international du Parti communiste du Venezuela (PCV), pour le quotidien socialiste allemand  Junge Welt (journaliste André Scheer), édition du 28 juin 2017. Traduction ML pour « Solidarité internationale PCF – vivelepcf ».

JW : Les nouvelles qui sont diffusées internationalement sur le Venezuela suscitent l’inquiétude. Il est question de guerre civile, de faim, de sous-approvisionnement, d’une situation ingérable du pays. Comment le PCV apprécie-t-il la situation ?
CW : Il est totalement faux et sans rapport avec la réalité de parler d’une crise humanitaire ou de famine dans notre pays. On doit cependant reconnaître que les méthodes appliquées, depuis maintenant plus de 18 ans, par les Etats-Unis et leurs alliés, contre le Venezuela, parviennent partiellement à leurs fins.

Dans les premières années, les attaques de l’impérialisme se concentraient sur le président et l’appareil d’Etat. Après de nombreux échecs sur ce terrain, les attaques sont désormais dirigées contre les familles vénézuéliennes, contre l’approvisionnement en nourriture, médicaments et autres biens de première nécessité. On assiste à une guerre psychologique.
JW : Peut-on rendre l’impérialisme des Etats-Unis entièrement responsable des problèmes du Venezuela ou bien ont-ils également des origines internes ?
CW : La politique, c’est comme un match de boxe. Quand tu montres tes faiblesses à l’adversaire, il te met KO. La situation momentanément difficile que nous traversons politiquement dans la lutte des classes résulte, entre autres également, de l’illusion que nous détiendrions tout le pouvoir et que nous aurions déjà accédé au socialisme. Mais nous vivons toujours dans le capitalisme. C’est pour cela qu’on ne peut pas se permettre de mettre toutes les difficultés internes sur le dos de l’adversaire mais que l’on doit, par exemple, aussi se confronter à la corruption. Une grande partie des colis alimentaires, qui sont distribués à la population à des prix subventionnés par l’Etat, disparaissent pour réapparaître à des prix excessifs sur le marché noir.
JW : De quelle façon pouvez-vous vous opposer à cela ?
CW : Le remède, c’est la vérité. On doit dire la vérité à la population, que ce soit le gouvernement ou toutes les autres forces. Cela n’est malheureusement pas toujours le cas. Ainsi, au début de l’année, on a promis que la guerre économique serait résorbée dans les 6 mois à venir : une aberration complète.

Le deuxième remède, c’est la lutte concrète contre la corruption, la bureaucratie et son inefficacité. Le PCV demande que cette question soit prise à bras le corps. Des mesures dans ce sens recevraient un large soutien dans la population.
JW : Beaucoup d’amis de la Révolution bolivarienne ont l’impression que le développement impulsé par Hugo Chavez est aujourd’hui dans une impasse.
CW : Ce processus n’a rien perdu de sa signification. Le processus bolivarien, tel qu’il est connu internationalement, se poursuit. Comme hier, il a le soutien d’une grande partie de la population et aussi, naturellement, des forces armées. Mais il faut comprendre cette évolution en termes de lutte des classes et non dans un état d’euphorie permanente d’une victoire électorale à la suivante.

Trois options sont devant nous maintenant. D’abord se présente la grande menace d’une intervention directe ou indirecte des Etats-Unis, avec des troupes d’Amérique Latine ou avec l’OTAN. Elle établirait au Venezuela un régime pour le moins d’inspiration fasciste. Deuxième option : une voie réformiste qui conserverait quelque uns des acquis sociaux gagnés ces dernières années, mais dans le cadre du système capitaliste. Cette variante a particulièrement les faveurs des forces sociales-démocrates de l’UE. Notre parti est convaincu qu’elle serait fatale pour la plupart des Vénézuéliens. Les efforts et les sacrifices que la classe ouvrière et le peuple vénézuéliens ont consentis auraient été vains si nous restions dans le capitalisme. Car ce système signifie toujours plus d’injustice, même sous une bonne constitution, toujours plus d’oppression et d’exploitation.

Mais il existe une autre voie : la révolution. Une grand part du peuple est pour la continuation du processus bolivarien, pour toujours « plus de révolution ».

Le PCP condamne avec véhémence la détention d’une députée palestinienne et d’autres militants du FPLP par l’armée israélienne

Déclaration du bureau de presse du Parti Communiste Portugais – 4 juillet 2017
Traduction NK pour « Solidarité internationale PCF – vivelepcf »

 

Le PCP condamne avec véhémence la détention de Khaleda Jarrar, députée du Conseil législatif palestinien, de Khitem Saafin, d’Ihab Massoud et d’autres militants du Front Populaire pour la Libération de la Palestine par l’armée israélienne, depuis le 2 juillet, dans le territoire palestinien occupé de Cisjordanie.
Il convient de rappeler que Khaleda Jarrar avait déjà été détenue par l’armée israélienne en avril 2015, elle est par la suite sortie de prison en juin 2016, suite à une large campagne de solidarité internationale pour sa libération.
L’arrestation systématique des patriotes palestiniens fait partie intégrante de la politique sioniste d’occupation et de répression, par Israël, contre le peuple palestinien et contre ces forces, tel que le FPLP, qui luttent courageusement pour que leur droits nationaux légitimes soient respectés et garantis.
Israël détient de façon inacceptable plus de six mille prisonniers politiques palestiniens dans ses prisons, parmi lesquels plusieurs centaines placés en détentions administratives, sans qu’il n’y ait eu de procès ou d’accusations formelles, y compris des jeunes mineurs. Ces prisonniers ont récemment mené une grève de la faim pour le respect de leurs droits et de leur dignité.
Le PCP considère que le gouvernement portugais doit lutter et agir, conformément à la Constitution de la République portugaise et dans le cadre du droit international, pour les droits du peuple palestinien, notamment pour le respect des droits des prisonniers politiques palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, en cherchant à ce qu’ils soient libérés.
Le PCP exige la libération immédiate de Khaleda Jarrar et de tous les prisonniers politiques palestiniens et réaffirme sa solidarité avec les Palestiniens et avec leur lutte pour la création d’un État souverain et viable, dans ses frontières d’avant 1967, avec pour capitale Jérusalem-Est, et assurant le droit au retour des réfugiés, comme exposé dans des nombreuses résolutions des Nations unies.

 

 

 

USA : Bernie Sanders s’aligne platement sur la représentante de Wall Street et du Pentagone. Tout sauf une surprise !

Bernie Sanders : « Occupy Wall Street » ? Oui, mais aux côtés d’Hilary Clinton!

Brève, Vivelepcf, 14 juillet 2016

Le sénateur américain Bernie Sanders, s’est officiellement rallié le 12 juillet à la candidature à la présidentielle de sa concurrente aux primaires démocrates, Hilary Clinton. Celui qui s’est présenté comme « socialiste » pendant la campagne n’a pas lésiné sur les compliments à la représentante directe de Wall Street et du Pentagone.

Sanders ne s’est en effet pas contenté de justifier son alignement total sur Clinton par le rejet du candidat républicain Donald Trump, comme le choix du moindre mal.

Certes, il a répété qu’il ne faudrait pas laisser à Trump le bouton de l’arme nucléaire et, avec gravité, que Trump se moquait du réchauffement climatique. Comme si Hilary Clinton n’avait pas, comme secrétaire d’Etat de Barak Obama, répandu la guerre impérialiste US partout dans le monde ! Du coup, on se souvient que le sénateur Sanders a approuvé la quasi-totalité des interventions guerrières américaines (et israéliennes). Sanders a aussi le même directeur de campagne que l’ex vice-président Al Gore, candidat malheureux à la succession de Bill Clinton en 2000, et lobbyiste acharné des intérêts capitalistes qui exploitent le réchauffement climatique.

Mais Sanders a surtout loué « l’intelligence » et l’expérience d’Hilary Clinton. Il a aussi lourdement mis en avant son programme social, le « plus avancé du Parti démocrate depuis des années » va-t-il jusqu’à affirmer,  avec la perspective d’un salaire minimum fédéral, d’aides aux étudiants pauvres, ou de l’extension de la couverture sociale, promesse aussi virtuelle que celle d’Obama il y a huit ans.

Dans son rôle de rabatteur, Bernie Sanders surprend et déçoit nombre de ses partisans.

Selon les sondages, une partie non négligeable de ses électeurs, séduits par son opposition apparente au système, se tourneraient maintenant vers Trump, au populisme iconoclaste. Aux Etats-Unis aussi, la démagogie « de gauche » fait le jeu de la droite radicale.

Les supporters les plus ardents de Sanders, ceux, par exemple, qui s’étaient cotisés, « en-bas », pour récolter dollar par dollar, les millions pour sa candidature, sont désorientés par son soutien à celle que les grands financiers arrosent le plus. Les « réseaux sociaux » sont le déversoir de dizaines de milliers de messages de ceux qui se sentent floués, trahis.

Qu’ils se soient fait un peu d’illusions, ou pas du tout, sur Sanders, les progressistes américains les plus conséquents s’interrogent maintenant sur les formes d’organisation de la contestation sociale et politique, « à gauche », bien réelle dans ses limites, que la campagne de Sanders a canalisée et dévoyée.

En France, des « réformistes radicaux » n’ont cessé de mettre en avant le leurre de Sanders, comme ils l’avaient fait avec Tsipras. Parfois, ils continuent encore.

Dans la préparation du 37ème congrès du PCF, la motion  n°4 avait mis en débat ces exemples et proposé une analyse critique de l’illusion et de l’impasse réformistes pour les communistes qu’ils représentent. Nous reproduisons le texte proposé alors ci-dessous, considérant que ce débat reste nécessaire et que les faits l’éclairent.

Extrait de la motion n°4 du 37ème congrès du PCF, « Reconstruisons le Parti de classe – Priorité au rassemblement dans les luttes ».

« À propos des nouveaux mouvements « radicaux ». Etats-Unis/Grande-Bretagne/Espagne/Grèce

Devant la crise de sa démocratie bourgeoise, le système encourage aussi l’émergence d’une social-démocratie de « gauche ». Il en a besoin pour contenir l’opposition populaire notamment du « peuple de gauche » attaché aux acquis sociaux et démocratiques. La vie politique reste formatée par les expériences comme l’Union de la gauche. La social-démocratie « de gauche », un certain gauchisme aussi, sont beaucoup moins stigmatisés que le point de vue révolutionnaire communiste, qui plus est en plein effacement depuis des années. Nous allons à la rencontre des aspirations que nous partageons de ce « peuple de gauche », aussi des couches moyennes en voie de prolétarisation et de paupérisation. Mais nous devons y aller sur une base de classe, sur des objectifs de lutte. Nous développons à plusieurs reprises, dans ce texte de congrès, la thèse que le PCF ne doit pas s’effacer plus encore dans cette illusion, dans une nouvelle illusion, une nouvelle tromperie social-démocrate de « gauche », même teintée « d’indignation ». L’analyse de la situation politique dans d’autres pays l’étaye.

Aux États-Unis, symétriquement au succès dans les primaires du candidat populiste de droite extrême Trump, on assiste à l’émergence de Bernie Sanders, sénateur indépendant, qui se prétend « socialiste », dans les primaires démocrates avec Hillary Clinton. Sa promotion médiatique est par elle-même le signe, comme celle de Trump, de l’épuisement du système politique américain et d’aspirations réelles à des changements sociaux, même si Sanders recueille principalement un soutien dans la petite bourgeoisie intellectuelle. Mais il n’y a aucune illusion à se faire sur Sanders. Ce « socialiste » exclut l’appropriation publique des moyens de production privés. Ses références sont Roosevelt ou Truman. Son directeur de campagne est celui qui a organisé la campagne d’Al Gore en 2000. Sur les questions très contestées des interventions américaines à l’extérieur, il les a quasiment toutes approuvées. Il est clair que la candidature Sanders est le moyen de canaliser  l’aspiration au changement pour renforcer la candidature d’Hillary Clinton, représentante directe de l’impérialisme US. »

Cuba – 7ème congrès du PCC – discours de Fidel Castro le 19 avril 2016

37e Congrès du PCF: exigence du soutien à Cuba portée par le texte alternatif n°4 « Reconstruisons le parti de classe! Priorité au rassemblement dans les luttes » extrait en lien.

« Nous poursuivrons notre marche et nous perfectionnerons tout ce qui doit l’être »

Discours du leader de la Révolution cubaine Fidel Castro Ruz à la clôture du 7e Congrès du Parti communiste cubain au Palais des Conventions le 19 avril 2016, « Année 58 de la Révolution » – Source: Granma, édition en français

(Version sténographique du Conseil d’État)

Bon, passons à un autre sujet (Rires)

Diriger n’importe quel peuple en des temps de crise, camarades, représente un effort surhumain. Sans eux, les changements seraient impossibles. À une réunion comme celle-ci, où sont rassemblés plus d’un millier – on a expliqué ici qu’ils étaient 921 – de représentants choisis par le peuple révolutionnaire lui-même, qui leur a délégué son autorité, signifie pour tous le plus grand honneur qu’ils ont reçu dans leur vie, (Applaudissements) ce à quoi s’ajoute le privilège d’être révolutionnaire et qui est le fruit de notre conscience.

Pourquoi ai-je été socialiste ? Plus clairement, pourquoi suis-je devenu communiste ? Ce mot qui exprime le concept le plus dénaturé et le plus calomnié de l’histoire de la part de ceux qui eurent le privilège d’exploiter les pauvres, dépouillés depuis qu’ils furent privés de tous les biens matériels que procurent le travail, le talent et l’énergie humaine.

Depuis quand l’Homme vit-il ce dilemme tout au long d’un temps sans limite ? Je sais que vous n’avez pas besoin de cette explication, à part peut-être certains auditeurs.

Je parle simplement pour que l’on comprenne mieux que je ne suis pas ignorant, extrémiste, ni aveugle, ni que j’ai acquis pour mon propre compte mon idéologie en étudiant l’économie.

Je n’ai pas eu de précepteur lorsque j’étais étudiant en lois et en sciences politiques, où l’économie a un grand poids. Évidemment j’avais à l’époque environ 20 ans et j’étais amateur de sport et d’escalade en montagne. Sans précepteur pour m’aider dans l’étude du marxisme-léninisme ; je n’étais qu’un théoricien et, bien sûr, j’avais une confiance totale en l’Union soviétique. L’œuvre de Lénine, outragée après 70 ans de Révolution. Quelle leçon historique ! On peut affirmer que 70 ans ne devront pas s’écouler pour que survienne un autre événement comme la Révolution russe, pour que l’humanité ait un autre exemple d’une grandiose révolution sociale qui a représenté un pas énorme dans la lutte contre le colonialisme et son compagnon inséparable, l’impérialisme.

Cependant, il se peut que le plus grave danger qui plane aujourd’hui sur la Terre découle du pouvoir destructeur de l’armement moderne qui pourrait compromettre la paix de la planète et rendre impossible la vie humaine sur la superficie terrestre.

Notre espèce disparaîtrait, tout comme les dinosaures ont disparu, et ce serait peut-être le temps pour de nouvelles formes de vie intelligente, ou peut-être que la chaleur du soleil augmenterait jusqu’à faire fondre toutes les planètes du système solaire et leurs satellites, comme l’affirment un grand nombre de scientifiques. Si les théories de plusieurs d’entre eux s’avéraient exactes, des théories que nous, les profanes, n’ignorons pas, l’homme pratique doit en savoir davantage et s’adapter à la réalité.

Si l’espèce survit durant un laps de temps beaucoup plus grand, les futures générations en sauront beaucoup plus que nous, mais il leur faudra d‘abord résoudre un grand problème. Comment nourrir les milliards d’êtres humains dont les réalités se heurteraient irrémédiablement aux limites d’eau potable et de ressources naturelles dont ils ont besoin ?

Certains ou peut-être même beaucoup d’entre vous se demanderont où est la politique dans ce discours. Croyez que je suis navré de le dire, mais la politique est là, dans ces paroles modérées. Puissent beaucoup d’êtres humains se soucier comme nous de ces réalités ne restions-nous pas comme aux temps d’Adam et Ève à manger des pommes interdites. Qui va nourrir les peuples assoiffés d’Afrique, sans technologie à leur portée, ni pluies, ni barrages, sans autres réserves souterraines que celles qui sont recouvertes par les sables ?

Nous verrons ce qu’en disent les gouvernements qui dans leur quasi-totalité ont souscrit aux engagements climatiques.

Il faut marteler constamment ces questions, et je ne veux pas m’étendre au-delà du nécessaire.

J’aurai bientôt 90 ans. (Applaudissements) Jamais une telle idée ne me serait venue à l’esprit et cela n’a jamais été le fruit d’un effort, mais le caprice du hasard. Je serai bientôt comme tous les autres. Notre tour viendra à tous, mais les idées des communistes cubains resteront (Applaudissements) comme preuve que sur cette planète, si on travaille avec ferveur et dignité, on peut produire les biens matériels et culturels dont les hommes ont besoin, et nous devons lutter sans trêve pour les obtenir, À nos frères d’Amérique latine et du monde, nous devons dire que le peuple cubain vaincra. (Applaudissements)

Il se peut que ce soit l’une des dernières fois que je parle dans cette salle. J’ai voté pour tous les candidats soumis à consultation par le Congrès, et je vous remercie pour l’invitation et l’honneur que vous m’avez fait de m’écouter. Je vous félicite tous, et en premier lieu le camarade Raul Castro pour son magnifique effort. (Applaudissements)

Nous poursuivrons notre marche et nous perfectionnerons tout ce qui doit être perfectionné, avec une loyauté éclatante et la force unie, comme Marti, Maceo et Gomez, dans une marche irrésistible. (Applaudissements)