Education

Collège, éducation nationale : la grève des enseignants doit dissiper les enfumages du gouvernement et de la droite

La force de la contestation du monde de l’éducation contraint le système à pousser l’intox dans les médias.

Vallaud-Belkacem et Valls entretiennent la confusion dans l’opinion. Non, ce qu’ils appellent « autonomie », ce n’est plus de liberté pédagogique, mais la remise en cause du cadre national, de l’égalité, la mise sous tutelle de « directeurs-managers », sous pression de l’argent. Non, ce qu’ils appellent « interdisciplinarité », ce n’est pas aider le travail en équipe des enseignants, mais l’appauvrissement des enseignements fondamentaux, la quasi-suppression de certaines options historiques, au profit d’heures de cours dévaluées, sur des sujets fumeux, idéologiques, avec un personnel précarisé.

(Lire la suite…)

Italie : Mobilisation massive des enseignants contre le projet de loi de Renzi pour une « bonne école »

Les personnels de l’éducation publique ont fait grève et manifesté par centaine de milliers le 5 mai (au moins 500.000 dans 7 villes selon les autorités) contre le projet de loi porté par le Président du Conseil du Parti démocrate, Matteo Renzi, dénommé – rien de moins – que « la bonne école ». Le mouvement se poursuit et s’amplifie, notamment le 19 mai avant le vote de l’Assemblée.

(Lire la suite…)

« Réforme » du collège = recul des enseignements + creusement des inégalités !

Soutenons la journée de grève du 19 mai 2015, à l’appel d’organisations syndicales représentant 80% des enseignants !

Hollande et ses ministres ont pris en traître le monde de l’éducation. Avant les élections de 2012, il avait promis de rétablir les postes supprimés sous Sarkozy (ce qui ne suffirait même pas à compenser l’augmentation des effectifs d’éves). Au bout de trois rentrées sur cinq, les créations de poste se font toujours attendre.

(Lire la suite…)

Après la journée du 3 février: La priorité à l’éducation ? Seule la lutte l’imposera !

La journée de grève du 3 février dans l’éducation nationale a sonné la rentrée des luttes. La manifestation régionale à Paris, modeste en nombre, n’a pas reflété l’ampleur de la grève notamment en Seine-Saint-Denis et dans certains lycées de Paris. On est encore très loin de la force que représenterait l’addition des luttes des derniers mois, contre la mise en œuvre des nouveaux « rythmes scolaires », contre les dégâts induits par la « réforme » de l’éducation prioritaire, des actions un peu partout contre les fermetures d’école et de classe, de la montée de l’exigence élémentaire de véritables recrutements et d’une revalorisation des traitements. Les annonces qui viennent de tomber dans les rectorats, très mauvaises, pour la rentrée 2015, en particulier dans certaines zones actuelles d’éducation prioritaire, ne peuvent que renforcer la détermination et l’ampleur des luttes.

Communistes, nous intervenons en diffusant plusieurs analyses en soutien de ces mouvements.

(Lire la suite…)